- PUBLICITÉ -

L'urgence déborde.

Trop de gens attendent sur des civières: les urgences débordent

Christian Asselin
rédaction@infoslaurentides.com

Au moment d’écrire ces lignes, les urgences des hôpitaux de Saint-Jérôme (134 %) et de Saint-Eustache (166 %) peinaient à fournir. À Saint-Jérôme, 63 personnes attendaient sur une civière de voir un médecin alors qu’elle n’en dispose que de 47, alors qu’à Saint-Eustache la proportion était de 53 pour 32.
Une telle situation n’est pas nouvelle. Au retour de la période des Fêtes, indique Julie Lemieux-Côté du CISSS des Laurentides, on constate toujours une augmentation de l’achalandage dans les urgences des hôpitaux laurentiens.
«Les différents événements se déroulant dans le temps des Fêtes engendrent une plus grande proximité, très propice à l’éclosion de cas de grippe ou de gastro-entérite», explique Mme Lemieux-Côté insistant sur le fait que cette situation se rapporte non pas à l’organisation des services ou à la disponibilité des ressources médicales, «mais à des facteurs difficiles à contrôler», dit-elle, se référant à la recrudescence de la grippe et aux nombreux cas de gastro-entérite enregistrés.
«Tout le personnel nécessaire est en place afin de traiter les usagers, en fonction des besoins de soins urgents. Le CISSS des Laurentides tient d’ailleurs à remercier le personnel pour le travail effectué», d’ajouter la porte-parole du CISSS.
Pas d’urgence: restez chez vous!
Le CISSS des Laurentides profite de ce moment d’achalandage important pour rappeler à la population qu’elle est invitée à se rendre à l’urgence uniquement en cas de nécessité.
On conseille même aux usagers de joindre, dans un premier temps, Info-Santé ou Info-Social en composant le 811. Un professionnel de la santé, pouvant effectuer une consultation sommaire, y est disponible 24 heures par jour, 7 jours par semaine.
«Nous remarquons que plusieurs personnes se présentent aux urgences sans avoir préalablement tenté de contacter leur médecin de famille ou une clinique offrant du sans rendez-vous. Nous invitons donc les citoyens à contacter leur médecin de famille, celui-ci restant leur premier recours», de dire Mme Lemieux-Côté, rappelant que plusieurs cliniques médicales offrent des consultations avec ou sans rendez-vous.
Et pour ceux qui n’ont pas de médecin de famille, il est possible de trouver une ressource près de chez soi au lien suivant: [http://sante.gouv.qc.ca/repertoire-ressources/consultations-medicales-sans-rendez-vous/].
Les citoyens peuvent aussi parler à leur pharmacien. Ce dernier offre plusieurs services qui pourraient répondre à leur situation et est en mesure de donner des conseils pour soulager les symptômes des virus particulièrement actifs en période hivernale et/ou pour traiter des maux ne nécessitant pas une consultation à l’urgence.

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top