- PUBLICITÉ -

Jean-Pierre Joubert demande à Jean-François Roberge (photo) «de ne pas précipiter les choses». Photo Claude Cormier

Abolition des commissions scolaires: «Peut-on se priver de cette expertise?» -Jean-Pierre Joubert

«Le gouvernement envisage de priver notre communauté d’une gouvernance de proximité dont les représentants se dévouent totalement à la réussite des élèves. Nos actions concertées visent, entre autres, la planification des services éducatifs de qualité pour l’ensemble de nos élèves et la répartition équitable des ressources entre tous les établissements de la commission scolaire», évalue Jean-Pierre Joubert.

Le président de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord y va d’un long plaidoyer (dont on nous a envoyé copie), au moment où le gouvernement du Québec s’apprête à déposer un projet relatif à la transformation des commissions scolaires au Québec.

«Soutenir nos jeunes»

Par ailleurs, le président Joubert dit «s’inquiéter des répercussions négatives de ces modifications sur la persévérance et la réussite des élèves».

«Peut-on vraiment se priver de cette expertise en matière d’éducation? Est-ce que démanteler une composante démocratique essentielle à la prise de décisions justes et équitables, représentatives des besoins qui émanent du milieu est une solution pour soutenir plus efficacement nos jeunes dans leur réussite?» interroge-t-il.

«Précipiter les choses»

Convaincu que les visées du gouvernement ne répondent pas à la réalité, Jean-Pierre Joubert demande «au gouvernement et à son ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, M. Jean-François Roberge, de ne pas précipiter les choses en campant, dans un projet de loi, des actions qui pourraient s’avérer néfastes pour l’avenir de l’éducation au Québec».

 

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top