- PUBLICITÉ -

«Il fallait absolument mettre en place une aide pour apaiser leurs inquiétudes et assurer leur sécurité financière» considère Rhéal Fortin.  Photo Mychel Lapointe

Aide financière aux aînés:«Ils étaient les grands oubliés des programmes» -Rhéal Fortin

«Je félicite le gouvernement d’avoir acquiescé à la demande des aînés portée par le Bloc Québécois dans le contexte de la crise actuelle. Nous réclamions une augmentation de leur pouvoir d’achat, notamment pour combler la hausse du panier d’épicerie. L’annonce d’aujourd’hui répond à ce besoin en leur donnant 100 $ par mois pour une première période de trois mois. La situation est loin d’être facile pour toutes ces personnes aînées qui sont isolées et vulnérables. Il fallait absolument mettre en place une aide pour apaiser leurs inquiétudes et assurer leur sécurité financière» commentait, jeudi dernier, Rhéal Fortin.

Le député de Rivière-du-Nord était d’autant plus heureux, du fait que le Gouvernement Trudeau se rendait à une demande du Bloc Québécois formulée dès le début de la présente crise.

Les grands oubliés

Rappelons que la mesure annoncée prévoit que les prestataires de la Sécurité de la vieillesserecevront un montant non imposable de 300 $  et que les personnes admissibles au Supplément de revenu garanti(SRG) recevront 200 dollars additionnels pour un total de 500 dollars.

«Le mieux-être des aînés est une priorité pour le Bloc Québécois. Ça l’était lors de la dernière campagne électorale et même avant, ça l’est aujourd’hui encore plus que jamais. Ils étaient les grands oubliés des programmes d’aide»  d’exprimer le député  Fortin.

D’autres suggestions

Dans le contexte, il y a tout de même des questions à se poser, s’il n’en tient qu’à Rhéal Fortin.

«L’aide annoncée soulève tout de même des questions importantes. D’abord est-ce suffisant, manifestement non! Pensons à une personne qui pourrait perdre son Supplément de revenu garantisi l’augmentation temporaire de sa pension lui fait dépasser le cap d’admissibilité. La période couverte sera-t-elle allongée comme les autres programmes rétroactifs au 15 mars? Si la crise perdure, l’aide sera-t-elle bonifiée? Il faudra des réponses et rapidement. C’est clair que nous n’hésiterons pas à poursuivre nos efforts, afin d’améliorer à court et à long terme la qualité de vie de ceux et celles qui ont bâti notre Québec» fait-il remarquer, soulignant que le Bloc Québécois a aussi des revendications en regard de la baisse du prix des médicaments, l’accès à Internet haute vitesse ou des mesures spécifiques d’accompagnement par Service Canada.

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top