- PUBLICITÉ -

Le CHSLD Lucien-G. Rolland dans l’état actuel des choses. Photo Mychel Lapointe

CHSLD Lucien-G. Rolland: quelle vocation dans l’avenir?

La vocation du CHSLD Lucien-G. Rolland de la rue Durand à Saint-Jérôme est-elle en voie de changer? Certaines sources nous disent que oui, le CISSS des Laurentides parle d’un projet en gestation, mais ne veut en dire davantage pour le moment.

Toujours est-il que, selon les renseignements obtenus, c’est un effet domino qui serait de nature à changer la nature de l’actuel CHSLD.

Le scénario dont on nous a fait part veut que, de façon à libérer de l’espace dans l’hôpital régional de Saint-Jérôme, une partie du département de médecine viendrait s’installer dans le département de gériatrie actuel qui, lui, serait transféré dans l’actuel CHSLD Lucien-G. Rolland.

Par ailleurs, on se retrouverait, semble-t-il, avec trois niveaux de soins (sur, justement, trois étages).

Soient:

Une zone rouge au premier comporterait huit lits, une zone jaune au deuxième étage avec 20 lits et, finalement, une   zone verte avec 42 lits au troisième étage.

Syndicat

Du côté syndical, on a certaines interrogations concernant le dossier.

«On nous dit que les installations sont  devenues trop désuètes pour les patients. (Elles seraient) trop désuètes pour un CHSLD mais pas pour la gériatrie?» note Julie Daignault, présidente du FIQ-Syndicat des Professionnelles en soins des Laurentides.

Bien plus, «c’est inquiétant pour nos membres. C’est inquiétant pour la population. En période de COVID, ce n’est pas le moment de créer de l’instabilité chez les résidents et dans la population» ajoute-t-elle.

Une meilleure communication

En outre, tout changement de cet ordre est susceptible de soulever également des appréhensions.

Julie Daignault souligne qu’elle entend bien suivre de près la suite des choses.

D’abord, il lui faudra, selon elle, faire en sorte de «diminuer les impacts sur les membres (déjà impliquées au niveau de la portion CHSLD, mais également pour ce qui concerne la gériatrie et la médecine).

En outre, «on espère une meilleure communication avec l’employeur. Il y a eu des rencontres (sur le dossier) avec l’employeur, mais pas vraiment de réponses à nos questions» indique Mme Daignault qui parle également de «craintes de diminution dans l’offre de services», mais tout autant de «conserver les emplois (disant vouloir éviter «des coupures de postes»).

«Il y a des employées qui sont là depuis de nombreuses années» fait-elle valoir.

Réponse du CISSS

Nous avons tenté d’obtenir davantage d’information de la part du CISSS des Laurentides sur le projet.

La réponse a été vague.

«Le CISSS des Laurentides évalue en continu le développement de projet pour améliorer son offre de service destinée aux aînés, car il est soucieux de leur bien-être (…)  Actuellement, nos équipes travaillent effectivement sur le développement d’un projet novateur dans le secteur de Saint-Jérôme (…)  Comme notre priorité demeure d’offrir des soins et des services de qualité et sécuritaires, certains éléments importants du projet sont toujours en évaluation. Nous ne sommes donc pas en mesure de commenter le projet à ce stade-ci (…)  Soyez cependant assuré que le CISSS accompagnera toutes les personnes touchées par ce changement afin de les diriger vers les services les mieux appropriés à leur condition» a écrit Bianca Desrosiers, agente d’information au service des communications du CISSS des Laurentides, dans un échange de courriels.

Impossible, par contre, d’avoir réponses à quatre questions que nous avons posées:

Combien d’ainés quitteront le CHSLD Lucien-G. Rolland? Où seront-ils relocalisés? Les familles ont-elles été consultées? Quand se feront les transferts?

 

 

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top