- PUBLICITÉ -

Pour l’annonce des nouveaux investissements, on retrouve: Guylaine Desroches, Louise Gallant, mairesse de Sainte-Sophie, Sylvie D’Amours, Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme, Youri Chassin et Patrick Charbonneau, maire suppléant de Mirabel.

Deux nouvelles écoles et une reconstruction: «Le rattrapage est en cours»-Youri Chassin

«Les Laurentides ont été longtemps délaissées. Le rattrapage est en cours. C’est ça le message qu’il est intéressant de retenir. Les besoins sont criants, mais là, ils sont reconnus. Notre gouvernement est à l’écoute…»disait le député de Saint-Jérôme, Youri Chassin, mercredi dernier.

Quelques minutes plus tôt, sa collègue Sylvie D’Amours, députée de Mirabel et ministre responsable des Laurentides venait d’annoncer que la région pourra compter sur des investissements de 452,4 millions de dollars pour réaliser 22 projets d’agrandissement et de construction d’écoles.

Un montant de 118,1 millions est aussi alloué pour de nombreux projets de rénovation d’écoles dans la région.

Cette annonce fait suite au dévoilement des sommes records, soit 3,7 milliards de dollars, investies cette année encore par le gouvernement du Québec pour la mise à niveau des infrastructures scolaires au Québec.

Ces investissements permettront, à terme, l’ajout de 312 classes et de 215 places-élèves au secondaire dans la région des Laurentides, en plus d’offrir à des milliers d’élèves des milieux d’apprentissage modernes et stimulants.

«Comme toutes les régions du Québec, les Laurentides méritent de belles écoles, modernes, stimulantes et sécuritaires. Notre gouvernement démontre une nouvelle fois l’importance qu’il accorde à l’éducation et je ne pourrais être plus heureuse pour les familles et les enfants de notre belle région. Ils auront la chance de relever les défis auxquels ils sont confrontés dans des environnements propices au développement et à la réussite. C’est une excellente nouvelle!»indiquait à cette occasion Mme D’Amours qui a fait l’annonce à Saint-Jérôme, dans les locaux du Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord.

École reconstruite

Parmi les projets annoncés, il faut notamment parler de l’ajout de nouvelles écoles primaires à Saint-Jérôme et Sainte-Sophie et la reconstruction d’une autre école primaire à Saint-Jérôme.

«Il est primordial d’offrir aux jeunes de notre région un environnement scolaire moderne et propice à l’apprentissage. À titre de député, je me réjouis de l’annonce de la reconstruction prochaine de l’école Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus qui lui permettra d’accueillir davantage d’élèves, ainsi que de l’ajout de nouvelles classes du préscolaire à la construction d’une école primaire à Saint-Jérôme»a souligné à cet égard le député Chassin qui disait également (concernant l’école Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus) «pour le quartier Saint-Antoine, c’est effectivement une très belle nouvelle. On prévoit une reconstruction de l’école, mais on va ajouter un montant supplémentaire pour ajouter de l’espace. On sait déjà que ça va être plus grand que ce qu’on pensait au départ».

Investissements majeurs

Selon ce qu’il a été permis d’apprendre, on parle d’un investissement de 29,4 M$ pour la reconstruction et l’agrandissement de l’école Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus qui portera sa capacité d’accueil à 25 classes.

Plus précisément, c’est 23,5 M$ qui sont prévus pour la reconstruction de l’école, alors qu’un montant de 5,9 M$  est réservé pour l’ajout d’espace afin d’augmenter sa capacité d’accueil.

Dans le cas de la future école de Sainte-Sophie, on parle de 35 classes et un investissement prévu de 36,9 M$.

L’avenir souriant

En outre, pour le député de Saint-Jérôme le soleil brille, après des années, disons, plutôt sombres.

«Mme Desroches(Guylaine, directrice générale du Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord) me le disait. Ça faisait trois ans qu’il n’y avait pas de demande qui était retenue. Là, de sentir qu’il y a des demandes qui ont été retenues (on se dit) ça y est, ça bouge. Maintenant, il faut que ce soit effectif le plus tôt possible, parce que les besoins sont criants. On les vit déjà».

Ce qui lui fait constater que «l’avenir est souriant. C’est prioritaire en éducation d’avoir des environnements modèles, qui sont propices à l’apprentissage et qui soient beaux aussi».

 

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top