- PUBLICITÉ -

La mairesse Janice Bélair Rolland.

Dossier Lion : « J’ai l’impression qu’on fait rire de nous » -Janice Bélair-Rolland

« Il est temps qu’on lève la main et qu’on agisse. Par moment, j’ai l’impression qu’on fait rire un peu de nous. C’est fait aux vues et au sues de tous. On a eu la confirmation qu’il y a une cinquième entreprise de Saint-Jérôme qui a été sollicitée pour aller chez ADM (Aéroports de Montréal). Il faut juste que ça cesse… » vocifère Janice Bélair- Rolland.

La mairesse de Saint-Jérôme ne décolère pas. Elle accepte encore très mal l’hypothèse que la Compagnie électrique Lion puisse quitter Saint-Jérôme pour aller implanter la future usine de fabrication de batteries et ses autres installations sur des terrains d’ADM (comme le rapportait en exclusivité leJournal Infos Laurentidesdans son édition du 7 avril dernier).

« Prendre leurs responsabilités »

« Je connais des mairesses et des maires qui ne veulent même pas qu’on nomme les grandes entreprises de leur parc (industriel), parce qu’ils ont peur qu’on donne des idées à ADM pour venir les chercher »de reprendre la mairesse Bélair-Rolland qui déplore également ce qu’elle qualifie de manque d’écoute de la part des deux palliers de gouvernements supérieurs.

En assemblée publique mardi soir dernier, les autorités de Saint-Jérôme ont adopté une résolution en ce sens.

« C’est de demander à nos gouvernements qu’ils prennent leurs responsabilités. On a peur en l’avenir, si on laisser aller les choses »répond-t-elle quand le Journal  lui demande de préciser la résolution.

Pensez-vous que les gouvernements vont intervenir dans une décision d’une compagnie privée?  lui avons-nous aussi demandé.

«  Non. La vérité, c’est que je ne le pense pas. Je ne pense pas qu’ils peuvent intervenir. Ils sont dans leur droit Lion. Pour avoir eu moi-même une entreprise privée, je sais qu’ils sont dans leur droit de décider où ils vont allés s’installer(…) Maintenant ils (les deux gouvernements) ont la possibilité, légalement, de protéger les gouvernements de proximité que nous sommes. De s’assurer de protéger nos richesses foncières pour qu’on continue de prospérer.

Ils ont cette possibilité-là, mais ils ne font rien en ce moment. Ils ne font rien. C’est aberrant le manque d’écoute. C’est aberrant le silence radio. Ce qui se passe de l’autre côté. Je ne comprends pas. Je veux juste dire que j’en suis au début. Lion aura été la mèche du feu que j’ai en moi pour dénoncer cet éléphant qui est dans la pièce».

En brouille?

Quant à savoir si ses prises de position dans le dossier ont fait en sorte que les relations se sont détériorées, qui plus est, qu’elle est en brouille avec Lion (comme nous l’avons interrogée), Janice Bélair-Rolland pense que non.

« Je n’ai pas eu le privilège de leur parler. Je ne penserais pas qu’on est en brouille. C’est vrai que ça leur a déplu notre sortie. C’est une entreprise privée qui va décider où ils vont continuer leurs activités. Je pense que ça les a froissés, définitivement. Est-ce qu’on a maintenant encore des négociations sur la table ? Je dirais que notre offre est toujours valable. Est-ce qu’il y a eu d’autres démarchages ? Je vous dirais non.  Pour être honnête, on est toujours en attente. On est toujours très ouverts à continuer les démarches. Je voudrais dire à Lion que si on crie aussi fort, c’est parce qu’on les aime très fort ».

Bourcier

Le chef d’Avenir Saint-Jérôme et candidat à la mairie en vue de l’élection du 7 novembre prochain, Marc Bourcier, n’est pas du même avis quant aux intentions de Lion.

« Contrairement à ce qu’affirme la mairesse et ses acolytes, Lion n’a pas du tout l’intention de déménager son usine d’assemblage de véhicules, ni son siège social. Lion va plutôt doubler, à Saint-Jérôme, sa production de véhicules et son nombre d’employés passant de 500 à 1000. Les carnets de commande se remplissent toujours plus et il faut en être fier! Lion sera à Saint-Jérôme pour longtemps. Et pendant très longtemps encore, Lion fera rayonner le nom de Saint-Jérôme un peu partout dans le monde(…) Comment l’équipe du parti de Stéphane Maher avec en avant-scène la mairesse Janice Bélair-Rolland ont pu prêter des intentions de désertion à Lion? Quel manque de classe et de considération à l’endroit du plus important employeur privé de notre ville! »note M.Bourcier, dans un communiqué de presse acheminé à nos bureaux la semaine dernière.

Intentions gouvernementales

D’une façon ou d’une autre, à Saint-Jérôme, sur les terrains d’ADM ou ailleurs, une chose apparait claire : le vent est bon pour Lion depuis vendredi dernier.

C’est ce jour-là que le Gouvernement Legault annonçait plus de 250 M$ pour électrifier 65 % des autobus scolaires d’ici 2030.

« Cet investissement majeur et sans précédent est une réponse directe au Plan pour une économie verte 2030 (PEV 2030) »disaient les autorités gouvernementales au sujet de l’annonce faite par le ministre des Transports François Bonnardel et le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques Benoit Charrette.

 

 

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top