- PUBLICITÉ -

Les Laurentides arrivent cinquième pour les 20-64 ans avec un taux de 59,5 %. Photo Pixabay.com

Hausse démographique au Québec : les Laurentides au premier rang

On savait déjà que la région des Laurentides est en pleine expansion démographique depuis quelques années. On constate maintenant qu’avec sa voisine, la région de Lanaudière, elle a dominé largement à cet égard au cours des deux dernières années.

C’est ce qui ressort du Panorama des régions 2021 qu’a publié en novembre dernier l’Institut de la statistique du Québec.

Dans les faits, la région des Laurentides a obtenu, pour 2019-2020, 17,7 (taux annuel pour 1 000 habitants) pour ces deux années. Soit un peu plus que le 16,6 de Lanaudière et davantage que les 13,2 de l’Estrie, 12,3 de la Montérégie et 11,0 de l’Outaouais qui suivent dans l’ordre dans le tableau de l’Institut.

À l’inverse, Montréal est passé de la région ayant affiché le plus haut taux (les régions des Laurentides et Lanaudière s’étant respectivement classées deuxième et troisième) d’accroissement démographique au Québec deux ans plus tôt (2018-2019, soit 18 pour 1 000) à l’un des plus faibles à 2,3 pour 2019-2020.

À l’échelle du Québec, le taux d’accroissement pour 2019-2020 a été de 8,5.

Dans la moyenne

Autres statistiques intéressantes : au niveau de l’âge, les Laurentides arrivent septième (sur 17 régions au Québec) pour les 0-19 ans avec un taux de 21,1 %, cinquième pour les 20-64 ans avec un score de 59,5 %, et treizième pour les 65 ans et plus avec un taux de 19,5 %.

Des chiffres qui sont, somme toute, comparables à l’ensemble du Québec où les taux sont de 20,8 % pour les 0-19 ans, 59,5 % pour les 20-64 ans et 19,7 % pour les 65 ans et plus.

Revenu disponible

En outre, sans grande surprise, c’est dans la Capitale nationale qu’on retrouve le plus haut revenu disponible (argent dont dispose un ménage pour dépenser ou épargner) avec une moyenne de 32 284 $.

N’empêche que la région des Laurentides se classe au quatrième rang des 17 régions du Québec avec 31 364 $.

La Montérégie (31 824 $) et l’Abitibi (31 501 $) devancent la région des Laurentides qui se retrouve juste devant Montréal (31 290 $).

Dans l’ensemble du Québec, le revenu disponible s’établit à 30 721 $.

Emploi

Les statistiques compilées par l’Institut font, par contre, état d’un portrait moins reluisant en termes d’emplois.

Ainsi, souligne-t-on :

« En 2020, au moins dix régions administratives ont affiché une baisse de leur nombre d’emplois. Les diminutions d’emplois les plus importantes se sont produites dans les régions de Montréal (– 59 400), de la Capitale-Nationale (– 35 900), des Laurentides (– 35 500) et de la Montérégie (– 28 300). À elles seules, ces régions comptent pour trois quarts des pertes d’emplois en 2020.

De 2019 à 2020, cinq régions se sont démarquées par des baisses relatives d’emplois importantes : les Laurentides (– 11,2 %), l’Abitibi-Témiscamingue (– 10,2 %), la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (– 9,1 %), la Capitale- Nationale (– 8,9 %) et l’Outaouais (– 8,6 %). Par ailleurs, trois régions ont connu une baisse d’au moins 20 000 emplois à temps plein en 2020, soit la Capitale-Nationale (– 26 200), les Laurentides (– 24 900) et la Montérégie (– 19 700). Pour sa part, la région de Montréal a connu une baisse de 44 200 emplois à temps partiel, soit l’équivalent d’une réduction de 20,7 %. »

 

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top