- PUBLICITÉ -

Les responsables de la nouvelle entité, en compagnie d’employés permanents.

La Soupe de la cathédrale: le Centre de jour de Saint-Jérôme prendra la relève

La nouvelle structure est maintenant en place pour prendre la relève des autorités de l’Évêché de Saint-Jérôme dans le dossier de La Soupe de la cathédrale.

Jeudi dernier, on a officiellement fondé le nouvel organisme (Centre de jour de Saint-Jérôme) qui aura notamment pour mission de perpétuer une organisation qui existe depuis 40 ans déjà.

On se souviendra que dans une récente édition, Infos Laurentidesannonçait en exclusivité que l’Évêché a décidé de mettre fin à cette activité à compter de septembre prochain (moment où La Soupe quittera le sous-sol de la cathédrale), tout en continuant pour trois ans encore de souscrire 25 000 $ par année pour la poursuite de cette œuvre, indispensable à des centaines de gens dans le besoin (on évalue à 200 le nombre de bénéficiaires).

À compter d’avril

C’est à compter d’avril que le nouvel organisme entrera en fonction pour prendre la relève de l’Évêché au niveau de la soupe populaire et du dépannage alimentaire (à raison de deux fois par semaine).

Un comité provisoire avait été mis en place à cet effet en décembre dernier, et un conseil d’administration a été élu jeudi soir dernier (dans l’enceinte de la Vieille-Gare) en même temps que la fondation officielle de l’organisme.

C’est ainsi que les gens présents, jeudi dernier, ont choisi de mandater au conseil d’administration Daniel Toupin, Stéphane Brousseau,Lise Drolet,Mathieu Massie et Louis Therrien.

Un nouveau centre de jour

Par ailleurs, les autorités de la Ville de Saint-Jérôme annonçaient vendredi dernier que, non seulement participent-elles au comité de relocalisation tout en allongeant un montant de 7 500 $ pour ce faire, mais en plus elles entendent «multiplier les efforts de façon à ce qu’un véritable centre de jour ouvre ses portes sur le territoire».

«Bien qu’un hébergement d’urgence de nuit soit déjà en place, la Ville travaille d’arrache-pied avec les organismes à l’ouverture d’un centre de jour qui accueillerait et prendrait en charge les citoyennes et les citoyens en situation d’itinérance. La Ville étudie d’ailleurs la possibilité d’augmenter sérieusement le financement offert aux organismes communautaires par l’intermédiaire du Fonds communautaire», fait-on savoir du côté de l’administration municipale.

 

 

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top