- PUBLICITÉ -

Mario Fauteux.

Le 23 octobre 2017

MATHIEU LOCAS

Je suis en train d’écrire ma troisième chronique de la semaine. La première: vous la lirez d’ici quelques semaines. La deuxième, vous ne la lirez jamais. Elle avait été écrite jeudi soir dernier après que le Directeur général des élections du Québec ait mis à l’amende Stéphane Maher. Comme le ciel est tombé sur la tête du maire le lendemain, j’ai dû retourner à mon clavier. Vendredi matin, le groupe Québecor sort le bazooka. Stéphane Maher se retrouve à la une du Journal de Montréal, qui a obtenu une copie d’un enregistrement où il offre un emploi à Mario Fauteux, en compensation de son retrait de candidature. Pendant que certains lisaient le journal, TVA et LCN diffusent une partie des enregistrements.

Après avoir tout lu et tout regardé, j’ouvre mon courriel et j’inscris dans ma section recherche: «réunion syndicale». Parce que je ne me souvenais pas de la date exacte, mais je me souvenais être en route pour une rencontre syndicale. Ma recherche s’arrête au 23 octobre 2017.

J’avais jasé une trentaine de minutes avec Mario Fauteux. Il m’avouait avoir enregistré toute la conversation entre lui et le maire et à laquelle assistaient Benoit Beaulieu et Gilles Robert.

Les semaines passent et je ne comprends pas pourquoi Mario Fauteux ne faisait pas de sortie publique avec les enregistrements entre les mains. Au fil des mois, je vais même jusqu’à douter de la qualité de la preuve. Se pouvait-il que son cellulaire ait fait défaut ou que le son soit inaudible?

Finalement, quand le DGEQ s’apprêtait à déposer une amende vers Stéphane Maher, Mario Fauteux s’est tourné vers Québecor pour couler les enregistrements. Y a-t-il eu négociation entre les deux parties? Possible, je n’en ai aucune idée. Des échanges du genre: «Si je te donne le scoop, j’aimerais avoir le front ou j’aimerais passer à telle émission de télé ou radio», ça existe dans les médias. Ça fait partie de la «game». Pour un journaliste, c’est le fun d’avoir le scoop et plus plate quand tu le vois passer.

Le rond est à HI

Ceci dit, Stéphane Maher se retrouve dans l’eau chaude. Je dirais même qu’il est sur la cuisinière et que le rond est à HI. Notre système judiciaire, et c’est tant mieux ainsi, est fait de façon à ce que toute personne soit innocente jusqu’à preuve du contraire. Mais quand les preuves, sonores dans ce cas-ci, sont disponibles au grand public, ça paraît plutôt mal. Même s’il est acquitté, l’opinion publique risque d’avoir longtemps en mémoire cet échange entre Stéphane Maher et Mario Fauteux. Et si le public ne s’en souvient pas, ses adversaires vont se charger de lui mettre dans le visage durant la prochaine campagne électorale.

Souvenez-vous de ma première chronique dans ce journal (et j’en ai reparlé par la suite), j’avais présenté la théorie du frigidaire. Le principe est simple, tant que ton frigo n’est pas cassé, tu ne le changes pas. En politique, c’est la même chose. J’expliquais que Stéphane Maher n’avait pas eu d’adversaire à l’élection de novembre 2017 parce qu’il était perçu comme un imbattable, car il avait livré ses promesses de la campagne de 2013.

Par contre, en mai 2019, on peut dire que le frigidaire fait un bruit bizarre…

Enregistrement

Par ailleurs, cet épisode pourrait marquer un moment clé dans les discussions derrière des portes closes au Québec. Dans District 31, il arrive que les policiers laissent les cellulaires à la porte des salles de réunion. Je ne serais pas surpris que, dorénavant, les politiciens ou entreprises demandent la même chose lors de rencontres confidentielles.

Vous vous questionnez si on peut enregistrer une personne à son insu et diffuser l’information. Dans certains cas, la réponse est «Oui». L’important est que l’une des personnes sache qu’il y a enregistrement. En d’autres mots, peut enregistrer une conversation avec et diffuser l’information parce que A sait que l’enregistrement roule. Mais ne peut diffuser une conversation enregistrée entre et B, si aucun des deux n’est au courant qu’il y a enregistrement.

Je demeure disponible à mathieu.locas@hotmail.com.

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top