- PUBLICITÉ -

Le but, c’est que ça se fasse le plus rapidement possible. La porte est grand ouverte, tant à l’innovation qu’à l’accélération du projet», note Youri Chassin. Photo Claude Cormier

Le projet de l’hôpital est au PQI, mais… «Il ne faut pas oublier ce qu’il reste à faire» -Youri Chassin

«Maintenant qu’on l’a, est-il possible de travailler tous ensemble? Il n’y a plus de médecins, plus de fonctionnaires, mais des gens qui veulent tous la même chose…», lance Marc Belliveau, président sortant de l’Association des médecins et des professionnels pour l’avancement de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme.

On a célébré une grande victoire jeudi dernier au sein de l’AMPAHRSJ. Le projet de modernisation de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme dans son entier (450 M$) est inscrit au Programme québécois des infrastructures (PQI), tel que spécifié dans les documents relatifs au premier budget du gouvernement Legault présenté jeudi dernier.

Cette étape cruciale franchie, il reste tout de même tant à faire.

L’argent est disponible, mais il faut prendre les moyens d’en profiter.

«C’est une grosse nouvelle. Ce sont des gens qui tiennent leur promesse [lire François Legault et les membres du gouvernement caquiste]. Ils l’ont promis et ils l’ont fait…», disait le Dr Belliveau, en entrevue téléphonique avec Infos Laurentidesvendredi dernier.

«C’est inscrit, mais faut être vigilants», de reprendre Marc Belliveau, parlant de la nécessité de, maintenant, «jouer du coude» pour que le projet chemine comme prévu. «Il afallu travailler fort pour être entendus».

Chassin

De l’avis de plusieurs, une bonne part du mérite revient également au député de Saint-Jérôme, Youri Chassin, pour cet accomplissement.

Modeste dans la victoire, M. Chassin préfère davantage insister sur l’avenir.

«C’est un dossier que nous avons commencé à travailler bien avant l’élection. Le premier ministre est venu dire [en campagne électorale] qu’il s’engageait et ça, c’est très important. Ça s’est fait dès le premier PQI. C’est un projet qui a été porté par la communauté. On peut donc se réjouir tout le monde».

Cela étant dit, «il y a du travail à réaliser pour faire progresser le dossier. Il ne faut pas oublier ce qu’il reste à faire. Le fait que ce soit au PQI est le meilleur signal de départ que quiconque peut souhaiter. Au CISSS des Laurentides, ils ont une bonne idée des étapes à venir. Il faut faire en sorte que tous les acteurs puissent se parler. Le but, c’est que ça se fasse le plus rapidement possible. La porte est grand ouverte, tant à l’innovation qu’à l’accélération du projet», note Youri Chassin.

«Son gouvernement tient parole…»

Pour Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme«en campagne électorale, le premier ministre avait annoncé son intention d’agir rapidement dans le dossier. Aujourd’hui, son gouvernement tient parole. Cette décision est historique pour le développement de notre ville et représente un investissement majeur plus que nécessaire. La modernisation de l’Hôpital régional est au cœur de la vision d’avenir du pôle régional de la santé de Saint-Jérôme. Avec des projets d’investissements publics et privés de plus d’un milliard de dollars qui sont appelés à se concrétiser au cours des prochaines années, dont deux nouveaux CHSLD, la construction d’une nouvelle aile pour les soins de santé mentale et d’une nouvelle clinique privée, Saint-Jérôme détient désormais l’ensemble des conditions gagnantes pour se développer en tant que destination d’excellence en santé».

Écoles

Dans un autre ordre d’idées, le budget de jeudi dernier pourrait comporter des sommes pour les écoles du territoire de Saint-Jérôme (des demandes des dirigeants de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord ont été déposées il y a un certain temps pour au moins une école primaire et une école secondaire en sol jérômien).

Le député Chassin se dit déterminé à suivre le dossier de près. Tant pour des écoles neuves que pour des améliorations à d’autres.

«On connaît l’état de délabrement de certaines écoles. Je suis en discussion avec la Commission scolaire [sur une base régulière]», note-t-il, précisant que «ce sont des besoins exprimés par les citoyens en campagne électorale [dans Saint-Jérôme] pour obtenir de l’éducation de qualité dans des lieux adéquats et près de chez eux».

Police

Par ailleurs, Stéphane Maher avait évoqué l’idée que le budget Girard soit porteur d’une bonne nouvelle relativement à un coup de pouce financier pour le financement de la police de Saint-Jérôme.

Les détails seraient à venir selon lui.

«Il y a eu une rencontre technique avec les hauts fonctionnaires du ministère (Sécurité publique) en début de semaine et les fonds pour la subvention proviendraient du Fonds de suppléance du budget. Le Fonds de suppléance regroupe tous les restants discrétionnaires de différents programmes. Il y a donc plusieurs centaines de millions de disponibles dans le fonds pour des projets spéciaux comme le nôtre. Comme le ministère annonce des investissements de 243 millions de dollars sur cinq ans pour accompagner les municipalités (75 millions de dollars dédiés pour la Sûreté du Québec), il m’apparaît donc extrêmement difficile pour la ministre [Geneviève Guilbault] de ne pas entériner notre demande. Nous devrions être à Québec d’ici deux semaines», a fait savoir M. Maher au représentant d’Infos Laurentidesqui l’interrogeait sur la question.

Quant à la rencontre technique, précise le maire, elle «consistait à comparer les coûts réels de nos trois villes [ajoutez Granby et Saint-Jean-sur-Richelieu] au niveau des services policiers versus une simulation d’une facture provenant de la Sûreté du Québec pour les mêmes services. L’exercice en était arrivé exactement au même résultat que la première simulation, c’est-à-dire que le service de police coûte réellement 22 millions de dollars par année et nécessite une subvention de 9 millions pour l’équivalence de services identiques avec la Sûreté du Québec».

 

 

 

 

 

La dernière édition

Section Concours

- PUBLICITÉ -
Top