- PUBLICITÉ -

(Photo David Kosmayer de Pixabay)

Les motoneigistes invités à utiliser les sentiers balisés

Devant le nombre accru de motoneigistes circulant hors des sentiers, sur les terres agricoles, la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ) et l’Union des producteurs agricoles (UPA) lancent un appel au respect. Afin d’éviter les dommages aux champs et aux boisés privés (incluant les érablières), les adeptes de la motoneige sont invités à adopter des pratiques responsables et à utiliser les sentiers balisés.

«La motoneige est un fleuron au Québec, en bonne partie grâce à la générosité de dizaines de milliers de propriétaires fonciers qui octroient gratuitement des droits de passage à leurs clubs de motoneigistes locaux. La générosité et la tolérance de ces propriétaires sont toutefois mises à l’épreuve lorsque certains motoneigistes choisissent de circuler comme bon leur semble sur leurs terres. Ce comportement doit cesser», affirme le président de la FCMQ, Réal Camiré.

«Les agriculteurs qui accordent un droit de passage sur leurs terres le font pour rendre service à la communauté. Ils contribuent aussi, du même coup, au développement économique de la collectivité. Le fait que de plus en plus de motoneigistes ne respectent pas les sentiers et circulent sur les terres sans autorisation pourrait toutefois compromettre leur bonne relation avec les clubs de motoneiges, ce qui rendrait beaucoup plus difficile la pratique de ce loisir. J’en appelle donc au civisme de tous les motoneigistes en leur demandant de respecter les sentiers», ajoute le président général de l’UPA, Marcel Groleau.

Rappelons que 50 % des 33 000 kilomètres de sentiers au Québec sont situés sur des terres privées appartenant très souvent à des producteurs agricoles et forestiers. Le passage de motoneiges sur les terres agricoles nuit à la production de nombreuses récoltes, car une neige compactée perd sa qualité isolante et entraîne un gel au sol qui nuit à la végétation et aux cultures (blé, luzerne, bleuets, sapins, arbres, etc.). Les producteurs acceptent malgré tout cette conséquence sur les sentiers, mais les comportements non respectueux de certains motoneigistes, tels que la circulation hors sentier, les équipements abîmés (broches, barrières, machinerie, cadenas, etc.) et les déchets mettent à rude épreuve la bonne entente avec les producteurs.

Les dommages ne sont pas les seuls enjeux liés à la circulation délinquante hors sentiers sur les terres privées. Il y a aussi celui de la sécurité. Les sentiers balisés assurent aux motoneigistes que le passage est sécuritaire. Ceux qui choisissent de quitter le sentier s’exposent donc à plusieurs dangers cachés sous la neige, comme des dénivelés, des amas de roches ou des surfaces d’eau non gelées.

«La FCMQ et l’UPA invitent donc les adeptes de la motoneige à adopter des pratiques respectueuses, à faire preuve de civisme et à abandonner les comportements nuisibles. En appliquant les bonnes pratiques, nous limitons les effets négatifs sur le milieu naturel», soulignent Réal Camiré et Marcel Groleau.

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top