- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Les opposants ont-ils fait leurs devoirs?

MATHIEU LOCAS

Si vous lisez cette chronique, c’est que mes patrons l’ont approuvée. Le paragraphe qui suit était mon idée de départ, mais j’hésitais. Après trois heures de page blanche, je suis revenu à la case départ.

En 2005, l’auteur et conférencier Alain Samson a écrit le livre : Les Boomers finiront bien par crever. A l’endos, il est écrit : «Grâce au poids du nombre, ils ont obtenu la grosse part du gâteau, qu’il n’aiment d’ailleurs pas partager. Ils ont façonné la société en fonction de leurs besoins propres, sans se préoccuper du sort des plus jeunes…

Cette dernière phrase résume bien ma perception de l’opposition à la construction du centre multifonctionnel de 32.5M$.

Les boomers sont les enfants de l’après-guerre, nés entre 1946 et 1964.

J’ai lu des dizaines de commentaires sur les médias sociaux d’opposants au projet de soccerplex. Au moins 70% d’entre-eux semblent être nés dans la tranche d’âge mentionnée plus haut.

Certains parlent d’éléphant blanc.

Certains rappellent l’étude de BC2, mise au jour par Marc Bourcier l’an dernier.

Certains ont peur de voir leur compte de taxes augmenter.

Certains croient que Stéphane Maher se paie une bébelle.

Certains croient à un partenariat, qui semble douteux juridiquement, avec l’Académie Lafontaine.

Quelques questions pour ces opposants.

Êtes-vous au fait des besoins des programmes sports études baseball et soccer?

Savez-vous que les élèves en baseball doivent se rendre à Blainville pour pratiquer leur sport?

Savez-vous que dès la fin de la construction, le nombre de classes du programme soccer passera de quatre à six?

Savez-vous que les athlètes de haut niveau en soccer ne peuvent avoir des entraînements réguliers dans les complexes de Terrebonne, Saint-Eustache et Rosemère, tellement ils débordent?

Savez-vous que des adultes de Saint-Jérôme attendent ce complexe pour mettre sur pied des ligues d’hiver?

Savez-vous que l’ère des parties de handball dans les gymnases de la polyvalente, avec des joueurs vêtus de shorts courts, à la Tom Selleck dans Magnum PI, avec des longs bas blancs aux genoux et des chaussures North Star est révolue.

Savez-vous que les jeunes familles sont très peu attirées par les vieux quartiers de l’ancienne ville de Saint-Jérôme. Les belles maisons de Saint-Colomban, Sainte-Sophie et Mirabel les font davantage saliver que celles du Domaine Parent. Et pourtant, ce quartier est le plus beau du Québec. La diversité des constructions, la grandeur des terrains, le design des rues et la maturité des arbres font de lui un endroit unique. Pour habiter à la porte de ce quartier depuis bientôt une décennie, je constate qu’on y retrouve davantage de triporteur que de tricycle.

L’ajout de ce centre, aux deux arénas, au parc de planches à roulettes et des deux terrains synthétiques contribuerait à attirer de jeunes familles.

Autre question pour les opposants. Pourquoi, ne pas avoir contesté la construction du Théâtre Gilles-Vigneault?

Pourtant, la facture finale a atteint 26,9M$. Avec 200 événements, où les spectateurs assoient leurs fesses 2.5 heures par représentation, on se retrouve avec un taux d’occupation de 5,7%. Avec un tel pourcentage, en toute objectivité, on devrait parler d’un éléphant blanc. Mais ce n’est pas le cas, car cette construction était nécessaire. Je rappelle que la firme BC2 parle d’un taux d’occupation de 22% pour le centre multifonctionnel.

Justement, parlons-en de cette étude que je qualifierais de travail bâclé. Aucune allusion à la pratique du baseball et de la gymnastique. Aucune mention de location d’espaces pour un resto ou des professionnels de la santé. Aucune mention, non plus, de possibles transformations en centres de foires pouvant accueillir des salons de bateau ou de chasse et pêche le temps de quelques week-ends par année.

En terminant, permettez-moi une remarque sur l’intervention du Parti libéral du Québec qui ne ressemblait à rien d’autre qu’une mascarade pour se faire du capital politique. Durant ses 15 années au pouvoir, ce parti a trop souvent oublié Saint-Jérôme, notamment en santé. Et en matière de réalisation d’infrastructure sportive, ce même parti a présenté deux projets de loi privés qui sont loin d’avoir été des succès. Le premier est le Centre Vidéotron, construit au coût de 400M$, sans garantie d’avoir une équipe de la LNH à Québec. L’autre est un complexe quatre glaces de 104 millions à Gatineau. En plus d’avoir demandé une dizaine de dérogations mineures, pour faire baisser les coûts de construction, l’OBNL responsable du projet s’est retrouvé en manque de fonds (Covid en partie responsable) et Investissement Québec a dû intervenir récemment pour sauver le projet. La facture risque de dépasser les 125M$.

Je demeure disponible à mathieu.locas@hotmail.com

|

Mathieu Locas

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top