- PUBLICITÉ -

«Ça ne devait pas se passer comme ça. J’allais jouer un match de hockey. Juste un match de hockey», souligne Jonathan-Ismaël Diaby. Photo jonquiere.lnah.com

Mais les choses ont mal tourné…:«Venir jouer à Saint-Jérôme, c’était comme jouer à la maison»-Jonathan-Ismaël Diaby

«Ça ne devait pas se passer comme ça. J’allais jouer un match de hockey. Juste un match de hockey.Ce devait même être un match plus plaisant encore puisque pour moi et plusieurs de mes coéquipiers des Marquis de Jonquière, dans la Ligue nord-américaine de hockey, venir jouer à Saint-Jérôme, c’était comme jouer à la maison. J’ai grandi ici, tout près (il est natif de Blainville). C’est chez moi.C’est pour ça qu’il y avait autant de mes proches dans les gradins de l’aréna régional de la Rivière-du-Nord. Mon père, ma mère, ma tante, ma sœur et son copain, ma copine, son petit frère de 12 ans avec quatre de ses amis, sa mère, son ami… Une bonne douzaine en tout. Mais les choses ont mal tourné», commente Jonathan-Ismaël Diaby sur le site d’Ici.Radio-Canada.

On sait ce qui est arrivé.

Le défenseur des Marquis de Jonquière et des membres de sa famille ont été pris à partie par des individus qui ont proféré des propos racistes, lors du match de hockey de la LNAH du 23 février dernier à l’aréna régional de la Rivière-du-Nord.

Pour la première fois

Jonathan-Ismaël Diaby avoue même avoir pleuré à cette occasion.

«Je joue depuis que je suis tout petit. J’ai joué chez les pros (dans l’organisation des Prédateurs de Nashville). J’ai maintenant 24 ans et dans cet aréna de Saint-Jérôme, en ce samedi soir, c’est la première fois que je pleure à cause du hockey.»

Nous avons tenté de parler avec M. Diaby. Notre appel téléphonique était demeuré sans réponse au moment d’aller sous presse.

On retrouve le texte complet à l’adresse: [https://ici.radio-canada.ca/sports/podium/88/jonathan-diaby-hockey-lnah-racisme-noir-st-jerome].

 

L’organisation des Pétroliers réagit

Soulignons que l’organisation des Pétroliers a réagi aux événements du 23 février par voie de communiqué, la semaine dernière, en annonçant ce qui suit:

«En collaboration avec le service de sécurité en place, les bandes vidéo et la collaboration de nombreux partisans qui n’acceptent pas les gestes ou paroles déplacés, deux individus ont été identifiés comme ayant profané des propos haineux. Ces deux individus seront bannis à vie de l’Aréna Régional de la Rivière-du-Nord.

La direction des Pétroliers condamne évidemment tous les propos haineux, homophobes ou intimidateurs. Que ce soit à l’égard de joueurs, de spectateurs, de ses employés ou des employés des autres équipes, ces gestes sont tout simplement intolérables.

De concert avec la LNAH, l’équipe a convenu d’augmenter le niveau de sécurité dans l’aréna.»

Des règles

Dans le même sens, la Ligue nord-américaine de hockey a également posé des actions pour la suite des choses.

C’est ainsi que la LNAH (depuis le 1er mars) diffuse avant chacun de ses matchs un message «rappelant sa politique de tolérance zéro pour des gestes ou propos discriminatoires», renforce son dispositif de sécurité dans les arénas et «expulsera immédiatement les contrevenants» et «les officiels auront comme directive d’interrompre un match jusqu’à ce que soit expulsée une personne qui enfreint les règles sur les propos ou gestes discriminatoires».

 

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top