- PUBLICITÉ -

«Que les aînés puissent vivre à Saint-Hippolyte pour le restant de leurs jours», a formulé comme vœu la ministre Marguerite Blais. Photo Mychel Lapointe

Saint-Hippolyte: une démarche adaptée à la réalité des aînés

«Que les aînés puissent vivre à Saint-Hippolyte pour le restant de leurs jours.»
Tel est le vœu que formulait, vendredi dernier, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, elle-même résidante de Saint-Hippolyte depuis de nombreuses années.
Mme Blais et le maire Bruno Laroche annonçaient à cette occasion l’attribution d’une enveloppe de 24 000 $ pour la réalisation de la démarche MADA (Municipalité amie des aînés) sur le territoire.
La contribution est répartie à parts égales (12 000 $) entre le gouvernement du Québec et la Municipalité de Saint-Hippolyte.
Sains, sécuritaires et accueillants
«S’inscrivant dans la continuité d’une démarche amorcée en 2010 par la Municipalité, cette deuxième phase permettra de consolider certaines des actions déjà amorcées tout en adaptant la démarche MADA à la réalité actuelle des aînés sur le territoire de Saint-Hippolyte», a-t-on précisé.
«Notre gouvernement vise à créer des environnements sains, sécuritaires et accueillants pour les personnes aînées. Grâce à ces investissements de la part du gouvernement et des acteurs municipaux de Saint-Hippolyte, nous sommes en mesure de favoriser concrètement le plein épanouissement et la participation active à la société des personnes aînées de la circonscription de Prévost», de dire la députée de cette circonscription.
Marguerite Blais avait d’ailleurs profité de son passage au micro, vendredi, pour souligner que «nous avons une société vieillissante. Il faut trouver ensemble des moyens pour garder les aînés chez eux».
Adaptée à toutes les générations
Dans le même sens, le maire Laroche a insisté sur la nécessité d’adapter les politiques, les services et les infrastructures favorisant le vieillissement actif au sein de sa communauté.
«Par la mise en place d’une telle démarche sur notre territoire, le conseil municipal souhaite avant tout maintenir l’apport et la participation des aînés à notre collectivité. Elle permettra de concrétiser notre vision d’une communauté adaptée à toutes les générations.»
S’échelonnant sur deux ans, l’échéancier de réalisation de la démarche «comportera un portrait juste et détaillé de la situation des aînés qui conduira à une vaste consultation permettant de cerner les problématiques, les besoins et les priorités».
L’objectif ultime étant de produire un plan d’action qui sera lancé au début de l’année 2021 et mis en œuvre au cours des mois qui suivront.

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top