- PUBLICITÉ -

En début de séance, Stéphane Maher a lu une déclaration écrite. Photo Mychel Lapointe

«J’ai la ferme intention de demeurer maire de la Ville de Saint-Jérôme» -Stéphane Maher

«J’ai la ferme intention de demeurer maire de la Ville de Saint-Jérôme» a dit Stéphane Maher hier soir (mardi), suivi d’une pluie de hués de plusieurs des citoyens présents dans la salle.

Au début de la toute première assemblée publique depuis les événements que l’on sait (rappelons que M.Mahera reçu le mardi 7 mai deux constats d’infraction du Directeur général des élections du Québec, pour avoir tenté, selon le DGEQ,  d’«influencer une personne au regard de sa candidature»), le maire lisait alors, une déclaration écrite, au cours de laquelle il a renouvelé son intention de demeurer en poste.

À quelques reprises au cours de la période de questions qui a suivi la déclaration, ils ont été nombreux a scandé «démissionne» à l’intention du premier magistrat.

Communiqué

Plus tôt dans la journée, Stéphane Maher avait tenu, via un communiqué de presse émis par une firme de relations publiques, à exprimer son point de vue sur la question.

Communiqué dont nous publions ci-dessous la teneur.

Le 7 mai dernier, j’ai reçu un avis d’infraction de la part d’Élections Québec en lien avec la période préélectorale de 2017. J’aimerais m’expliquer sur ce point et détailler les prochaines étapes. Sachez que je prends l’entière responsabilité des événements.

Il y a deux ans, j’ai souligné, à deux conseillers municipaux sortants, messieurs Mario Fauteux et André Marion, qu’ils ne pourraient pas représenter les couleurs de notre formation politique. D’ailleurs, il est de la prérogative du chef d’un parti politique d’autoriser ou non des candidatures.

Cette décision était motivée à la fois par des questions de confiance et de transparence. En temps et lieu, je présenterai ma version des faits aux instances appropriées et non pas sur la place publique.

Je réitère donc que l’exclusion des deux conseillers municipaux était nécessaire et incontournable.

Dans ces circonstances, il est évident qu’un avis de non-culpabilité a été envoyé à Élections Québec par mes avocats. Je suis certain d’être entièrement blanchi de toute accusation.

Permettez-moi de souligner qu’il est malheureux que les deux seules conseillères municipales d’opposition, élu sous la bannière Vision Saint-Jérôme – Équipe Stéphane Maher en 2017, se concentrent sur cet événement qui date d’avant la dernière élection pour tenter de déstabiliser notre administration publique plutôt que de travailler à offrir des services à nos citoyens. Ceux-ci ne seront pas dupes de ces manœuvres politiques et j’ai confiance en eux. Nous ne pouvons pas nous permettre de tous nous enliser dans un climat de querelles politiques.

D’ailleurs, ce soir, à l’occasion de la séance du conseil, c’est ce que mon équipe et moi ferons, c’est-à- dire de faire ce pour quoi nous avons été élus, soit de contribuer à ce que notre ville progresse, tout comme les nombreux projets en cours, tout en offrant de meilleurs services à notre population.

Je tiens à souligner l’appui indéfectible de ma famille qui m’a soutenu au cours des derniers jours. Comme vous le savez, la vie publique n’est pas de tout repos. Toutefois, je ne peux pas accepter que des journalistes interpellent, pourchassent et bombardent d’appels mes enfants mineurs. Le traitement médiatique des élus ne doit pas transgresser les limites familiales.

En terminant, je vous assure que j’ai la ferme intention de demeurer maire de la Ville de Saint-Jérôme pendant les procédures d’Élections Québec. La gestion de la municipalité n’a d’ailleurs jamais été mise en cause dans cette histoire. Il s’agit ici de mon dernier commentaire sur cette question et je vais partager, en temps et lieu, mon point de vue aux instances appropriées.

Plus de détails dans notre édition imprimée du 29 mai prochain

 

 

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top