- PUBLICITÉ -

Ginette St-Denis a reçu son prix en présence de la ministre Marguerite Blais. Photo Mychel Lapointe

Lauréate du Prix reconnaissance aux proches aidants: Ginette St-Denis l’a pleinement mérité

Ginette St-Denis a été honorée vendredi dernier à titre de lauréate du Prix reconnaissance aux proches aidants remis par le Regroupement des aidants naturels du Québec (RANQ).
La remise du prix a été faite au Centre d’aide des personnes traumatisées crâniennes et handicapées physiques Laurentides (CAPTCHPL) et Mme St-Denis a reçu son prix des mains de Marguerite Blais, ministre des Aînés et des Proches aidants et députée de Prévost.
Deux aidés
Fait digne de mention, Ginette St-Denis fait partie des 26 % des proches aidants ayant deux bénéficiaires, puisqu’elle est proche aidante de sa fille Émilie (traumatisée crânienne) et de son conjoint Claude (victime d’un AVC).
En plus d’endosser ce rôle de proche aidante, elle a eu à lutter contre le cancer, qu’elle a vaincu.
Simplicité et émotion
La cérémonie de vendredi dernier s’est déroulée en toute simplicité, mais chargée d’émotion pour la lauréate.
«Je suis toute revirée. J’ai les émotions à fleur de peau, a confié Mme St-Denis au représentant d’Infos Laurentides qui recueillait ses impressions, tout de suite après la cérémonie. J’en ai discuté avec ma fille cette semaine. Je me suis demandé pourquoi mon amie m’a inscrite à cela (le concours mis sur pied par le RANQ). Dans le fond, je suis juste une maman (et une épouse bienveillante). C’est sûr qu’en tant que proche aidante, ça me fait du bien de voir qu’il y a une lumière au bout du tunnel.»
Elle a d’ailleurs tenu à rendre hommage à Marguerite Blais.
«Ce que j’aimerais dire, c’est que je pense qu’on est bien entourés au Québec. Il y a des gens qui sont conscients.
Quand je vois Mme Blais qui travaille vraiment pour la situation des aidants naturels, qui travaille aussi pour les personnes handicapées. C’est sûr qu’il y a beaucoup de besoins. Elle ne peut pas voir à tous les besoins. Mais je pense qu’il y a une sensibilisation qui se fait (grâce à elle). La question de l’appui, c’est important. J’en connais d’autres proches aidants, dans mon environnement. S’ils n’avaient pas eu de l’aide pour accomplir ce qu’ils ont fait (ils n’y seraient pas parvenus). On en a tous dans notre famille. Que ce soit un père, une mère, un frère, une sœur. […] Notre famille, c’est le noyau. Si on peut rester en famille et avoir le service, je dis chapeau.»
Médecins spécialistes
Par ce geste de reconnaissance, le RANQ veut surtout «insister sur l’apport remarquable des proches aidants et les différents visages de leurs réalités», nous dit-on du côté du RANQ.
Il faut bien dire que l’organisme profite d’un support significatif.
«Pour cette 5e édition, nous sommes heureux de souligner la contribution, une 2e année consécutive, de la Fondation de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FFMSQ). Le RANQ et ses 92 organismes membres apprécient l’engagement de la Dre Francœur et de la FFMSQ au soutien de la cause des proches aidants. Nous leur sommes reconnaissants d’avoir financé le prix offert à Mme St-Denis», de souligner Johanne Audet, présidente du RANQ.
L’édition 2019 de la Semaine nationale des proches aidants a eu lieu du 3 au 9 novembre, autour d’un slogan commun: Parce que nous serons tous proches aidants.
«Que nous soyons proches aidants, membres de l’entourage, représentants des médias, professionnels ou décideurs politiques, ce slogan appelle à l’action et invite chacun de nous à réfléchir sur ce que nous pouvons faire pour soutenir les proches aidants ou encore nous préparer à le devenir nous-mêmes», exprime-t-on du côté du RANQ.

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top