- PUBLICITÉ -

Valérie Grenier rencontre les jeunes pour leur parler de déchet et d’avenir de la planète. Photo Mychel Lapointe

Tournée dans les écoles de Saint-Colomban: Zéro déchet, est-ce possible?

«Est-il possible d’en arriver un jour à générer zéro déchet?», demande Valérie Grenier aux élèves de deux classes de cinquième année de l’école du Triolet de Saint-Colomban.

Parmi les jeunes, les avis sont partagés.

Certains y croient, d’autres s’interrogent.

Ça adonne bien, c’est justement pour leur apprendre comment viser cet objectif que Mme Grenier leur rend visite en ce matin du début novembre.

Son atelier Génération Zéro Déchet se veut interactif et les élèves participent de bon cœur.

Comme quoi, à cet âge, on est souvent ouvert sur la question.

Des choix différents

Une partie de la réponse à la question de Valérie Grenier se trouve dans le fait que, comme elle le dit, il faut faire des choix différents.

Ça passe notamment, insiste-t-elle, par l’élimination des sacs de plastique, dommageables pour l’environnement. À plus forte raison quand on mise (comme c’est le cas, entre autres, dans le domaine de l’alimentation) sur le suremballage.

La récupération, on s’en doute bien, représente également un bon moyen d’éliminer nombre de choses qui se retrouvent dans les sites d’enfouissement.

Encore faut-il mieux évaluer les produits qui sont destinés à la récupération et d’autres pas; dont certains types de plastique.

C’est aussi vrai au niveau du compostage qui permet de «récupérer» des choses qui, ainsi, ne se retrouvent pas dans le bac à rebuts.

Comité environnemental

Dans sa démarche actuelle, Valérie Grenier a rencontré pas moins de 1 643 élèves dans quatre écoles de Saint-Colomban et une de Boisbriand.

Sa visite sera suivie de la formation d’un comité environnemental dans les écoles de Saint-Colomban.

Un comité qui sera formé d’élèves et d’enseignants dont la mission sera basée sur des actions qui commencent par R (réduire, réutiliser, recycler et refuser), auxquelles s’ajoute le compostage.

Tient, parlant de compostage, savez-vous que la brosse à dents en plastique dont vous disposerez quand elle sera devenue inutilisable est plus difficilement transformable (sinon inutile) que celle en bois qui est fabriquée d’un matériau naturel, donc compostable?

On dit ça de même…

 

 

 

 

La dernière édition

Section concours

En décembre, c'est payant avec Infos Laurentides !
- PUBLICITÉ -
Top