- PUBLICITÉ -
Blais Front

Photo Roch Théroux Sans grande surprise, Marguerite Blais s’est vu confier, jeudi dernier, le mandat de ministre responsable des Ainés et des Proches aidants.

Un ministère sur mesure pour elle: «Ça va aider pas mal de monde» – Marguerite Blais

Personne ou presque n’a été étonné, jeudi dernier, de la nomination de Marguerite Blais à titre de ministre responsable des Aînés et des Proches aidants.

D’abord parce que c’était écrit dans le ciel et du fait que les aînés et les proches aidants, la députée de Prévost en connaît un bout sur la question.

«C’est une nouveauté dans l’histoire du Québec, un ministère des Aînés et des Proches aidants», fait remarquer Mme Blais qui a déjà occupé des fonctions similaires (pour la portion aînés, s’entend) dans l’ancien gouvernement Charest.

N’empêche que les choses sont tout autres cette fois-ci, puisque, contrairement à ses fonctions passées, le mandat de Marguerite Blais déborde du simple fait de, souligne-t-elle, «garder les aînés en forme».

Dans le cas présent, on parle de projets destinés, notamment, à ajouter 26 000 places d’ici 2021 en centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD) et d’une enveloppe fermée (qui servira uniquement à ça) de 800 M$ pour du maintien à domicile.

De plus, le gouvernement Legault entend mettre en place une politique des proches aidants et créer 20 Maison Gilles-Carle sur 10 ans.

«La CAQ (Coalition Avenir Québec) s’est engagée. Ça va aider pas mal de monde», évalue Mme Blais.

À cet égard, le projet de la Maison Gilles-Carle à Prévost se bute à certaines difficultés au niveau du terrain pressenti. Anticipons tout de même que l’implantation planifiée dans le comté de la ministre est appelée à se concrétiser.

Signal fort

Par ailleurs, la présence de Mme Blais au conseil des ministres est supportée, pour la région des Laurentides, par celles d’Éric Girard, nouveau député de Groulx, nommé ministre des Finances, de Sylvie D’Amours, députée réélue de Mirabel, ministre responsable des Affaires autochtones et ministre responsable des Laurentides, et de Nadine Girault, nouvelle députée de Bertrand, qui a hérité du ministère des Relations internationales et de la Francophonie.

«C’est significatif d’avoir quatre ministres dans les Laurentides. Ça donne un signal fort…», note Marguerite Blais.

Entre autres, selon elle, pour «l’hôpital de Saint-Jérôme qui a manqué d’amour» au cours des années.

École secondaire de Prévost

Quant à la façon dont Mme Blais entend remplir son mandat de députée de la nouvelle circonscription de Prévost, on doit retenir un mot en particulier: collaboration.

«Je veux travailler avec les élus locaux. Ils connaissent leurs dossiers…», lance-t-elle.

Et pour ce qui est du projet d’implantation d’une école secondaire à Prévost, le travail est commencé.

«J’ai déjà parlé du dossier à Jean-François [Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur], en rappelant que son chef [François Legault] a promis».

Soulignons, en terminant, que Mme Blais n’a pas encore déterminé où elle établira son bureau de comté, mais a choisi Chantal Lepage comme directrice du bureau de comté et Lyne Richard comme responsable des communications, en plus d’autres tâches qui lui seront confiées ultérieurement.

 

 

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top