- PUBLICITÉ -
Muse 1

Une oeuvre de Chloë Charce.

Une réalisation de Pierre Chaumont.

Concours Jeunes artistes en arts visuels des Laurentides: Chloë Charce et Pierre Chaumont l’emportent

Le Musée d’art contemporain des Laurentides a dévoilé, mercredi dernier, les lauréats 2018 de son concours Jeunes artistes en arts visuels des Laurentides.

Il s’agit des artistes Chloë Charce et Pierre Chaumont, tous deux ayant grandi à Val-David.

Leur exposition L’objet petite apologie de la disparitionet Tous les Mêmes / Always Meme-ckingseront inaugurées le mercredi 11 avril, à 18 h, lors d’un vernissage au Musée. L’exposition durera jusqu’au 2 mai.

Soutenir la relève laurentienne

Le concours Jeunes artistes des Laurentidesexiste depuis maintenant 18 ans.

Fort de sa maturité, il a, au fil des ans, récompensé près de 40 artistes. Pensons par exemple à Nadia Myre, Jonathan Plante ou à Philippe Caron Lefebvre.

Témoin du soutien du MACL et de l’Atelier de l’île à la relève artistique laurentienne, le concours Jeunes artistes des Laurentidessouligne l’excellence de la pratique de deux artistes âgés entre 18 et 35 ans, ou comptant moins de 10 ans de carrière.

Il vise à appuyer les artistes de la région dans leur travail de recherche et dans la diffusion de leurs œuvres.

Les deux expositions

Posant son regard sur les interstices, le hors-champ, L’objet petite apologie de la disparitionoffre des fragments métonymiques du réel: des bouts de ciel, des vestiges d’architecture, des paysages utopiques faits d’objets de verre, un néon éclairant le néant. La blancheur fantomatique des éléments suspendus dans l’espace (Point de fuite) ou gisant au sol (Vestige), ou encore, la rencontre des volutes de fumées et de la transparence des vases assemblés (Théâtre de silice – Miroirs sans tain) révèlent une fascination autrement invisible, une expansion immatérielle de l’objet lui-même, laissant place au rêve, à la fuite métaphorique.

Concernant Tous les Mêmes / Always Meme-cking, on dira quela création d’images s’étend de nos jours à toutes les sphères humaines. Autrefois l’apanage de l’Artiste, l’image ne se résume dorénavant qu’au simple fait d’appuyer sur un bouton. La miniaturisation technologique et son avancement, mis en lien avec les algorithmes qui perfectionnent les images prises, sont au cœur de cette démocratisation créatrice. L’exposition met en scène ce type d’images numériques d’un point de vue social et l’applique dans un contexte muséal. Entre espace bonbon et petits ricanements, une réalité contemporaine s’affiche.

 

Array

La dernière édition

Section concours

En décembre, c'est payant avec Infos Laurentides !
- PUBLICITÉ -
Top