- PUBLICITÉ -

Samuel Gagnon joue du piano depuis l’âge de 5 ans.

En route pour Berklee: Samuel et Rebecca, des musiciens d’exception

Étudiants de 4eannée en musique au Collège Lionel-Groulx, le pianiste jérômien Samuel Gagnon et Rebecca Jalbert-Gonzalez, une chanteuse de Terrebonne, entreprendront, en août prochain, leurs études musicales au prestigieux collège Berklee de Boston en vertu des bourses de 120 000 $ et de 215 000 $ qu’ils ont respectivement obtenues.

N’entre pas à Berklee qui le veut. Le processus pour y être admis n’est pas simple, surtout pour un étranger et encore davantage en temps de pandémie. Titulaire d’une bourse de 120 000 $, Samuel a pu s’en rendre compte assez rapidement. Comme sa comparse, il raconte avoir notamment passé des mois à préparer ses auditions et à traduire les documents exigés par le collège, tels ses bulletins scolaires, et ce, depuis le début du secondaire. Parce que non, il ne suffit pas d’avoir du talent pour entrer à Berklee. Il faut aussi avoir un dossier scolaire irréprochable. Mais le jeu en vaut la chandelle.

« C’est littéralement l’une des meilleures écoles de musique au monde. Tous les musiciens s’entendent sur ce fait. Berklee, c’est la Harvard de la musique! », lance d’ailleurs Rebecca à ce sujet.

« Pour moi, qui étudiait en informatique avant de revenir à la musique, c’est un défi que je me lançais, a ajouté Samuel. Je voulais me prouver à moi-même, mais aussi aux autres, que j’étais capable d’avoir une carrière en musique. Je souhaitais aussi faire comprendre aux autres musiciens qui se retrouvent parfois dans un cul de sac que c’est le travail qui fait toute la différence! »

Coordonnateur du programme de musique au Collège Lionel-Groulx, François D’Amours pratique le métier de musicien depuis 43 ans. Il est donc bien placé pour savoir que le talent ne fait pas foi de tout.

« Bien qu’à Berklee, il y ait beaucoup de demandes, mais peu d’élus, dit-il, je n’étais pas surpris que leur candidature ait été acceptée. Ce sont deux étudiants très travaillants qui ont tout fait ce qu’il fallait pour être là. Parce qu’être musicien, c’est 40% de talent et 60% de travail, si ce n’est pas plus! »

Des auditions sur Zoom

Les responsables des admissions à Berklee devaient évidemment entendre Rebecca et Samuel avant de les admettre. Des auditions par vidéo-conférence étaient donc prévues. Pour s’y préparer, le duo, qui forme un couple dans la vie, a mis chacun de son côté des heures et des heures de travail afin de s’assurer que leurs performances soient parfaites. Pour le reste, comme les défaillances d’Internet qui pouvaient survenir au moins bon moment, ils se sont croisés les doigts.

« On se demandait tous les deux si nos auditons allaient bien fonctionner. Ce n’est pas évident de chanter ou de jouer de son instrument sur Zoom», a mentionné Rebecca qui, pour l’occasion, avait préparéSpain de Chick Corea. Elle a aussi offert sa version de Giant Stepsde John Coltrane, a cappella. Ces pièces ont impressionné le jury. L’un des juges lui a même indiqué qu’ils pourraient l’écouter chanter pendant des heures.

« Mon audition s’est super bien passée. L’une des armes que j’avais de mon côté était une bonne préparation au niveau technologique. Je voulais que ce soit le plus réel, le plus humain possible, même si c’était en direct sur Zoom. Je m’y suis préparé pendant trois mois!», a poursuivi Samuel qui a développé son oreille musicale en jouant au piano, plus jeune, les mélodies de ses jeux vidéo favoris.

Le programme d’interprétation en musique populaire du Collège Lionel-Groulx est unique au Québec. On y offre notamment une formation préuniversitaire pour les étudiants qui souhaitent aller plus loin dans leur formation et, peut-être, emprunter la même voie que Rebecca et Samuel.

Le Berklee College of Musicaccueille quelque 3 800 élèves et emploie 460 professeurs. Il s’agit de l’une des plus grandes écoles de musique privées des États-Unis. Berklee comporte actuellement 26 % d’étudiants étrangers.

 

 

 

La dernière édition

Concours

- PUBLICITÉ -
Top