- PUBLICITÉ -
Laurin

Michel Laurin tourne ici Aswang, gagnant du meilleur film d’horreur en Angleterre, à l’Out of the Can Film Festival 2018.

Michel Laurin fait du cinéma de Saint-Jérôme à la Californie

Véronique Leblanc

rédaction@journalinfoslaurentides.com

Connu dans la région pour ses écoles de karaté et ses nombreux prix mondiaux dans cette discipline, Michel Laurin se démarque maintenant au cinéma. Comédien de formation, il a suivi son rêve en se rendant en Californie, là où tout se joue avec les plus grands professionnels du 7e art.

N’oubliant pas ses origines jérômiennes, Michel Laurin est fier d’annoncer qu’il a produit 7 films, d’horreur, d’action, avec des scènes de karaté bien sûr, de science-fiction et de comédie. Son premier film qui a commencé à être distribué est «Aswang», qui se déroule dans une maison aux Philippines, abandonnée, selon la légende probablement hantée. «Je suis très fier d’ajouter que ma fille Shannon, mon fils John Michael et moi-même faisons partie de la distribution des acteurs principaux», explique Michel Laurin, qui a fait de son rêve, une belle histoire de famille. À peine ce long métrage vient d’être prévendu, il remporte déjà les honneurs, dont le titre de meilleur film d’horreur en Angleterre, à l’Out of the Can Film Festival 2018.

Une rencontre avec Chuck Norris

Tout a commencé par un entraînement avec le célèbre acteur en arts martiaux Chuck Norris. «Nous sommes devenus de bons amis, il m’a amené m’entraîner à sa résidence en Californie», raconte l’athlète en karaté, qui a alors choisi de s’établir dans ce coin de pays entouré des plus grands professionnels du monde du cinéma. Il a ouvert une école de karaté et a lancé sa compagnie de production Magic Sky Films. «Je ne voulais plus attendre les rôles et aujourd’hui avec l’équipement, c’est plus facile de nous produire nous-mêmes.»

Du cinéma au karaté

Même si le cinéma prend une place de choix dans la vie de Michel Laurin, il n’en demeure pas moins que le karaté fait partie de lui. Sa première école de karaté a vu le jour en 1981, elle est ouverte à Saint-Jérôme, avec son premier élève Gilles Labelle, qui y enseigne toujours. Il retourne au Québec trois fois par année pour enseigner dans les 15 établissements qu’il a créés: de Tremblant jusqu’à Sherbrooke.

Et son prochain film «Aswang» est disponible sur https://itunes.apple.com/us/movie/aswang/id1434607677?ls=1

C’est offert pour location sur Amazon, depuis le 5 octobre.

 

 

 

 

 

|

Michel Laurin

La dernière édition

Section concours

En décembre, c'est payant avec Infos Laurentides !
- PUBLICITÉ -
Top