- PUBLICITÉ -

Marc-Olivier Neveu. Photo Claude Cormier

Le chat sort du sac

Mathieu Locas

Durant les jours qui ont précédé le débat organisé par InfosLaurentides, un membre de l’organisation de Marc-Olivier Neveu m’avouait que d’accorder 12 minutes au volet taxation, c’était presque trop. Durant cette partie du débat, Marc-Olivier Neveu a tout fait pour éviter de parler du sujet.

Le 19 octobre dernier, j’ai compris pourquoi. Voici un extrait de son communiqué de presse :

Le Mouvement Jérômien s’engage à présenter un budget équilibré qui ne prévoit pas de hausse de taxes, sinon un ajustement au taux de l’inflation seulement si nécessaire.

Le plus important à retenir :  sinon un ajustement au taux de l’inflation.

En août dernier, l’inflation était de 4,09%. Au cours des 5 derniers mois, les hausses n’ont jamais été inférieures à 3,09% et plusieurs experts s’attendent que la moyenne annuelle se situe autour de 3,2%.

Donc, si Marc-Olivier Neveu devient maire de Saint-Jérôme, ça veut dire qu’il y aura soit un gel de taxe, soit une augmentation de plus de 3%.

Pourquoi ne pas l’écrire dans le programme?

Pourquoi ne pas en avoir parlé au débat? Un bloc de 12 minutes semblait trop long pour parler de taxation mais c’était visiblement trop court pour y inclure les mots : AJUSTEMENT AU TAUX DE L’INFLATION SOIT PEUT-ÊTRE DE PLUS DE 3%

Pour un chef qui scande plus de transparence, Marc-Olivier Neveu commence très mal sa carrière politique en noyant une telle information dans un communiqué de presse en fin de campagne.

Mais, il ne faut pas se surprendre. La calculatrice ne semble pas être l’outil de travail préféré du Mouvement Jérômien. Malgré des pages de promesses électorales, valant des millions de dollars, le parti n’a toujours pas chiffré son programme.

Par ailleurs, à moins de deux semaines de la fin de la campagne, la pression a monté d’un cran. Des partisans de chaque formation politique me l’ont bien fait sentir et c’est parfait ainsi.

Des supporteurs du Mouvement Jérômien digèrent mal mon commentaire à l’effet que certaines promesses sont utopiques et irréalisables. Voici un exemple pour appuyer mes dires.

Le parti veut subventionner la rénovation de vieux immeubles, tout en les rendant conforme au Code de construction de la Régie du bâtiment du Québec.

Ce dernier bout de phrase est tellement lourd de conséquence.

Vous êtes propriétaire d’un duplex dans le vieux quartier Saint-Lucien. Vous allez voir la Ville pour une subvention pour refaire le recouvrement extérieur.  Montant de la facture 20 000$. Disons que la Ville subventionne la moitié, soit 10 000$. Une fois l’inspecteur en bâtiment sur place, il constate que vos rampes au 2eétage n’ont que 36 pouces, plutôt que 42 comme l’exige le Code. Depuis quelques années, le Code exige aussi des détecteurs de fumée électriques dans toutes les chambres. En plomberie, le Code exige des clapets anti-refoulement pour tous les appareils au sous-sol. Des exemples de mise à niveau, je pourrais en donner une dizaine.  Conséquence, vous devez ouvrir tous les murs pour refaire l’électricité à partir du panneau, péter la dalle de béton pour refaire la plomberie en plus de refaire les rampes de vos balcons. Comme la Ville vous exige de rendre votre immeuble au Code, pas question de réaliser les travaux vous-même, ça vous prend un entrepreneur général.  La facture grimpe alors à 100 000$ (je suis modeste dans mon estimation). La Ville paie la moitié. Vous devez donc cracher 50 000$ de vos poches. Ah oui, le Mouvement Jérômien exigera que : le propriétaire de l’immeuble s’engagera à maintenir le loyer à un taux établi. En d’autres mots, puisque la Ville vous donne du cash, vous êtes limités dans vos augmentations de loyers.

Pourquoi le Mouvement Jérômien n’explique pas ces détails dans son programme. Manque de transparence ou ignorance des mots choisis?

La semaine prochaine : mes prédictions.

Je demeure disponible à mathieu.locas@hotmail.com

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top