- PUBLICITÉ -

«Pourquoi toujours faire élire le même homme à la pro-mairie depuis 5 ans au lieu d’une femme?» interroge Nathalie Lasalle. 

Pro-mairie de Saint-Jérôme: Nathalie Lasalle prône une rotation homme-femme

Le conseiller Gilles Robert a été confirmé, mardi soir dernier en assemblée publique, dans ses fonctions de pro-maire de la Ville de Saint-Jérôme jusqu’en décembre 2019.

M.Robert occupe ledit poste depuis cinq ans.

Un amendement

La décision a déplu à la conseillère indépendante Nathalie Lasalle qui a proposé un amendement qui n’a pas été retenu.

«Mon amendement proposait que la pro-mairie soit occupée par une femme, dès décembre 2018, afin de respecter la parité homme-femme, semble-t-il si chère au maire» de souligner Mme Lasalle dans un document expédié à nos bureaux jeudi dernier.

La conseillère exprime, en outre, que «les événements des dernières années m’ont amenée à réagir et à proposer cet amendement. Le maire Stéphane Maher a expulsé deux conseillers hommes en 2017 (Mario Fauteux et André Marion) , et ce, par des manœuvres électorales douteuses. Il avait agi ainsi avec l’aide de Messieurs Robert et Beaulieu, sous le prétexte d’avoir la parité homme-femme au conseil de ville. Puisque le maire s’attribue cette belle valeur, pourquoi toujours faire élire le même homme à la pro-mairie depuis 5 ans au lieu d’une femme et, ainsi, établir la parité dans la direction de la ville?»

Qui plus est, à ses yeux, «pourquoi Gilles Robert ne cède-t-il pas, lui-même, son poste de pro-maire au profit d’une femme? J’en déduis que la parité en 2017 se voulait simplement une manœuvre électorale, surtout que l’on avait même poussé l’audace de présenter un nouveau conseiller homme, soit Érik Bak dans le quartier #4».

Bourcier

Allant plus loin dans sa démarche, Nathalie Lasalle indique que « je pense qu’il est temps de mettre en lumière ce qui se passe dans ce parti. La pro-mairie de Gilles Robert est à la base des conflits internes de Vision St-Jérôme. Le tout a commencé en novembre 2015, où plusieurs conseillers ont demandé de faire la rotation à ce poste, ainsi qu’à l’exécutif, puisque Gilles Robert et Benoît Beaulieu étaient toujours titulaires de ces postes, contrairement à ce qui se passe partout ailleurs au Québec».

«Monsieur Robert savait très bien que Marc Bourcier, conseiller municipal à l’époque, voulait plus d’éthique et de justice au sein du parti du maire et un conflit a éclaté à ce sujet, entraînant le dépôt à l’interne d’une plainte formelle de ce dernier concernant, entre autres, certains agissements questionnables de M. Robert. Le maire a alors décidé de se braquer contre Marc Bourcier et les membres du caucus qui l’avaient supporté. Il en a même fait un vote de confiance à son endroit, lors du vote à la pro-mairie de la séance de novembre 2015, reportant Gilles Robert comme pro-maire».

Convictions profondes

Élue sous la bannière de Vision Saint-Jérôme en novembre 2017, Nathalie Lasalle a quitté le parti du maire Stéphane Maher en mars 2017 pour sièger comme indépendante.

«Les constantes attaques du maire envers Marc Bourcier, lors de la campagne 2016 et lorsqu’il est devenu député, ont fusé de toutes parts au sein du caucus. Il n’est donc pas surprenant qu’une manœuvre électorale douteuse ait surgi en octobre 2017 pour sortir deux des conseillers, amis du député, qui demandaient toujours une juste rotation de tous les conseillers/conseillères au poste de pro-maire. Je vous rappelle que cette manœuvre d’expulsion est toujours sous enquête par Élections Québec en ce moment».

Revenant sur sa demande de mardi soir dernier, la conseillère Lasalle explique que «j’ai proposé un amendement pour qu’en décembre la pro-mairie soit occupée par une femme. La parité homme-femme, que le maire dit vouloir mettre de l’avant, ne doit pas être des paroles creuses et vides de sens. Quand tu as des convictions profondes, tes gestes doivent le démontrer».

 

La dernière édition

Section concours

En décembre, c'est payant avec Infos Laurentides !
- PUBLICITÉ -
Top