- PUBLICITÉ -

L’équipe de hockey masculine des Cheminots du Cégep de Saint-Jérôme. Photo: Cheminots du Cégep de Saint-Jérôme

Cheminots du cégep de Saint-Jérôme : un retour réussi pour le hockey masculin

L’équipe de hockey masculine des Cheminots du cégep de Saint-Jérôme est de retour cette année après 34 ans d’absence. Évoluant en division 2 du RSEQ, les responsables du programme parlent déjà d’un immense succès. Sur la glace comme à l’extérieur, tout est en place pour que l’équipe maintienne le cap pendant plusieurs saisons.

Les Cheminots connaissent un début de saison canon, eux qui trônent au sommet du classement général avec une fiche de neuf victoires, deux défaites et un match nul. « Jusqu’à maintenant c’est un franc-succès, c’est même un peu au-dessus de nos espérances », a confié Richard Campeau, coordonnateur des activités sportives et communautaires au CSTJ.

Il s’agit d’une première année d’existence pour la D2 masculine et il était important pour les Cheminots d’en faire partie et de renouer avec le programme de hockey masculin, question de permettre aux jeunes joueurs de hockey de la région de continuer leur développement sportif et académique. « Il y avait un besoin dans la région et de répondre à ce besoin est notre premier objectif. Avec tout le développement des programmes scolaires, au niveau juvénile et cadet, il y a un engouement de la part des joueurs », a expliqué M. Campeau.

Les préparatifs avaient commencé avant la pandémie, il y a deux ans, et lors des deux premières séances du camp d’entraînement, environ 160 joueurs s’étaient présentés. C’est là que l’organisation a vraiment réalisé que le besoin était criant et que clairement, elle venait de combler un manque.

Un entraîneur d’expérience

Les Cheminots peuvent compter sur Benoit Gratton derrière le banc. Gratton a beaucoup d’expérience dans le monde du hockey, lui qui a notamment remporté la Coupe Memorial avec les Prédateurs de Granby chez les juniors, en plus d’avoir évolué dans trois organisations de la Ligue nationale de hockey (LNH), dont les Canadiens de Montréal, et d’avoir connu une belle carrière de 10 saisons en Europe.

« On a eu une super belle opportunité avec Benoit Gratton, parce que c’est un pédagogue extraordinaire. Il connaît la réalité du sport étudiant, en ayant travaillé à Cap-Jeunesse. Il arrivait avec un bagage de cinq ans dans le monde du sport étudiant et ça, c’est important », a précisé M. Campeau.

En plus d’aider les jeunes grâce à son expérience et son savoir, il est aussi plus facile de convaincre de jeunes joueurs de joindre les rangs des Cheminots, connaissant le parcours de Gratton et ce qu’il peut apporter aux joueurs qu’il dirige.

Faire le saut en Division 1?

Pour Richard Campeau, même si l’équipe connaît beaucoup de succès en deuxième division, transférer en première division n’est pas nécessairement dans les plans à court terme.

 

Il explique que l’expérience de jouer au plus haut niveau serait une superbe opportunité pour les joueurs et que le CSTJ pourrait y songer, mais pas à n’importe quel prix : « Ça ne donne rien d’aller en D1 et d’être dans le bas du classement chaque année. »

Tout va dépendre du bassin de joueurs qu’offre la région, parce qu’il est impératif pour M. Campeau de ne pas perdre de vue la mission des Cheminots : « Si on doit aller chercher des jeunes de l’extérieur de notre région pour être meilleurs en D1, on sort de notre mission et je n’ai pas envie de vivre ça avec les gars. »

Pour l’instant, l’organisation veut offrir le meilleur aux joueurs pour qu’ils puissent bien performer et leur offrir les meilleures conditions possibles : « La façon dont on gère notre programme, avec l’encadrement qu’on offre à nos jeunes, sur la glace, hors glace, la nutrition, la préparation mentale, les périodes d’études et l’encadrement pédagogique, on gère ça comme si on était dans la D1 », a conclu M. Campeau.

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top