- PUBLICITÉ -

Jean-Philippe Lebeau, à son arrivée sur place de la gare à Saint-Jérôme.

Coureur natif de Saint-Jérôme: Jean-Philippe Lebeau fracasse le record du P’tit train du Nord

Jean-Philippe Lebeau, originaire de Saint-Jérôme, s’est offert, le 27 juin dernier, un record en parcourant à la course à pied, les 201 kilomètres qui séparent la gare de Mont-Laurier et celle de Saint-Jérôme, sur le parc linéaire du P’tit train du Nord.

Lebeau a couvert la distance en un temps de 21 heures et 51 minutes, battant le record de Jean Labedan qui avait parcouru la distance, le 17 octobre 2015, en un temps de 27 heures et 47 minutes. Labedan, un ultramarathonien de Lasalle, devenait alors le premier être humain à franchir les 200 km du P’tit Train du Nord (course à pied) lors de la première édition du Choochoo 200.

«Une grosse pilule de courage»

Parti de Mont-Laurier à 17h41 le vendredi (26), Jean-Philippe Lebeau était supporté par Alexandre Benoit qui assurait les ravitaillements ainsi que son frère Francis, aussi un coureur d’ultrafond, qui l’a accompagné sur les 102 premiers kilomètres du parcours.

D’ailleurs, au moment où son frère l’a laissé à mi-chemin du parcours, le Jérômien (natif de Bellefeuille qui a quitté la région en 2008 pour rejoindre une fille de la région de Joliette, où il enseigne les mathématiques au secondaire. Au cours de sa jeunesse, il a fréquenté l’école Prévost, l’école secondaire Frenette, la polyvalente de Saint-Jérôme et le Cégep de Saint-Jérôme), avoue, au cours d’une conversation téléphonique avec le Journal Infos Laurentides, «avoir dû avaler une grosse pilule de courage».

Surtout, parce le parc linéaire, seul, la nuit, souvent en secteur boisé, ce n’est pas vraiment évident.

«Il me fallait gérer mes émotions. Ça peut être angoissant».

C’est, dira-t-il, rendu à Sainte-Agathe qu’il a vraiment réalisé que l’exploit était possible. («Je me suis dit : même si je le finis en marchant, je vais le faire…»)

Et encore davantage quand il a traversé la route 333 (boulevard des Hauteurs).

«Quand j’ai vu la ville et, surtout, la cathédrale, ça m’a donné des frissons».

Quelque 3 000 kilomètres

Il faut dire que Jean-Philippe Lebeau n’en n’est pas à ses premières expériences dans le domaine de la course à pied.

Il a à sa fiche le IRONMAN de Tremblant en 2014, mais surtout une longue course en sentier (170 kilomètres en 39 heures) à l’Île de la Réunion, le Ultra-Trail Harricana du Canada (UTHC) dans Charlevoix en 2019 et il vise une participation au Bromont Ultra en 2021.

Pour réaliser ces exploits, il parcourt quelque 130 kilomètres par semaine.

Si bien qu’il évalue avoir quelque «3 000 km en entraînement» depuis qu’il fait de la course à pied.

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top