- PUBLICITÉ -

Cendrine Browne est bien déterminée à reprendre sa place sur l’équipe nationale.

Pour réintégrer l’équipe nationale: Cendrine Browne redouble d’efforts

Écartée de l’équipe nationale de ski de fond au printemps dernier dans des circonstances nébuleuses, Cendrine Browne redouble actuellement d’efforts à l’entraînement pour regagner sa place, dans un climat d’incertitude qui entoure la présentation des épreuves de Coupe du monde au cours de la saison 2020-2021.

En appel

Rappelons les faits.

En mai, Nordiq Canada décide d’écarter la Prévostoise et deux autres membres de l’équipe nationale.

Cendrine porte sa cause en appel et remporte une victoire partielle, alors qu’elle obtient une prolongation (le calendrier de compétition ayant été suspendu en raison de la pandémie de COVID-19) pour rencontrer les normes de qualification sur l’équipe nationale.

Pour y parvenir, il lui faut enregistrer deux top 24 aux épreuves de Coupe du Monde (elle fera également partie de l’équipe de relais) et ainsi aller chercher le total de 22 points nécessaires à sa sélection (elle en comptait huit quand la saison a été suspendue).

On parle de victoire partielle, puisque Cendrine n’a pas réussi à réintégrer, de facto, l’équipe nationale et bénéficier du précieux financement qui y est rattaché.

Gros défi

En entrevue téléphonique avec le Journal Infos Laurentidesvendredi dernier, la fondeuse convient que le défi est de tâche, mais est bien loin de considérer que sa sélection est inaccessible.

«C’est certain que ça va être difficile»note-t-elle, soulignant qu’elle a réussi, néanmoins, à signer la meilleure performance de sa carrière avec un top 25, avant que la saison de Coupe du monde soit suspendue. «Je vais donc faire en sorte de poursuivre sur cette belle lancée…» souligne celle qui a réussi à bien se remettre de deux commotions cérébrales au cours des dernières années.   

Autre impondérable, il lui faudra aller chercher les précieux points à l’étranger  (lire en Europe), alors qu’il aurait été plus confortable pour elle de performer à Québec, alors qu’une étape prévue au printemps dernier a été annulée.

Et encore, il reste à savoir si les prochaines épreuves de Coupe du monde auront lieu (en raison de l’incertitude provoquée par la COVID-19) et quand elles seraient présentées.

«On se prépare sans savoir si on va avoir l’occasion de performer. Ce n’est pas facile(mais elle arrive, dit-elle, à se motiver)» souligne l’athlète de haut niveau qui a participé aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018.

Du financement

Autre élément important, en raison de son exclusion de l’équipe canadienne, Cendrine Browne est privée d’un financement annuel de l’ordre de 22 000 $.

Elle doit donc subvenir seule à ses besoins, si ce n’est l’appui financier de commanditaires (dont Formica et Gusta).

D’ailleurs les gens d’affaires et individus intéressés à supporter Cendrine peuvent communiquer avec elle sur sa page Facebook ou son compte Instagram.

Toute aide (peu importe l’envergure) sera la bienvenue.

Dominante

Par ailleurs, Cendrine Browne met actuellement les bouchées doubles à l’entraînement

et domine largement le Circuit estival élite du Centre national d’entraînement Pierre Harvey (CNEPH), ayant remporté, à date, les six premières épreuves du calendrier de 14. On parle ici de deux épreuves de course à pied et 12 de ski à roulettes au mont Saint-Anne dans la région de Québec qu’elle habite pour pouvoir profiter des facilités du CNEPH et des conseils de son entraîneur Louis Bouchard.

À Prévost

Quand la possibilité se présente, elle trouve tout de même le temps de venir voir sa famille à Prévost.

 

 

|

Cendrine Browne

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top