- PUBLICITÉ -

"Cette mesure permettra aux villes de jouer leurs réels rôles de gouvernements de proximité et de pouvoir supporter leur communauté d’affaires" note Stéphane Maher. Photo Claude Cormier

Céder des terrains pour des écoles: Saint-Jérôme est d’accord!

À la séance ordinaire de juillet 2018, les autorités de Saint-Jérôme décidaient de réserver deux terrains qu’elle était disposée à céder à la CSRDN pour l’implantation de deux écoles (une primaire et une secondaire).
Est-ce à dire que (contrairement aux grandes villes qui ont fait une sortie publique, à cet égard, il y a quelques jours) Saint-Jérôme n’est pas réfractaire à donner un ou des terrains pour des écoles? Se rendant ainsi à une des dispositions du projet de loi 40 adopté (sous le bâillon) à l’Assemblée nationale.
«Effectivement!», a répondu le maire Stéphane Maher dans un échange de textos avec le Journal Infos Laurentides, dimanche dernier.
Parce que note le premier magistrat: «Dans le contexte actuel et compte tenu du très grand avancement du dossier des deux écoles, nous sommes plus à planifier l’arrivée des prochaines écoles à venir rapidement sur notre territoire.»
Perplexe
Ce qui ne veut pas dire que M. Maher souscrit d’emblée à tout ce que contient le projet de loi 40 et la façon qu’il a été adopté.
«Évidemment, le processus d’approbation de la loi et le libellé de certains articles me laissent perplexe; comme l’obligation de rembourser un terrain provenant d’un promoteur», écrit-il.
Et encore:
«Tout comme l’article mentionnant que la Ville et le centre administratif doivent se rencontrer deux fois par année minimum, alors que nous travaillons pratiquement ensemble sur une base régulière déjà.»
Transition harmonieuse
Justement, puisqu’il est question des gens de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord, la directrice générale Guylaine Desroches, qui a vu son mandat bonifié avec l’adoption du projet de loi 40, a tenu, par voie de communiqué de presse la semaine dernière, à se faire rassurante.
«Aujourd’hui, peu importe notre structure de gouvernance, je tiens à rassurer notre population, notamment nos parents et nos partenaires, que notre mission ne change pas. Nous allons mettre en place cette transformation et faire en sorte qu’elle soit couronnée de succès», note-t-elle.
«Nous assurerons une transition harmonieuse tout en veillant au maintien de la qualité des services et à la réussite de nos élèves. Nous veillerons également à ce que ces changements s’opérationnalisent dans des conditions optimales pour notre personnel», promet-elle.

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top