- PUBLICITÉ -

La conseillère Nathalie Lasalle. Photo Mychel Lapointe, archives

Complexe sportif: Nathalie Lasalle réagit … en privé !

Nous croyez-vous si on vous dit que le projet de centre multisports à Saint-Jérôme continue à semer la controverse ?

Mercredi le 31 mars dernier, en assemblée publique, le conseiller indépendant Benoit Beaulieu disait: « Dans les faits, comme par exemple, Mme Lasalle (Nathalie)a demandé de faire une pause sur la construction du centre sportif. Le centre sportif, il a été voté, les processus sont en place. Il y a eu 95 personnes qui se sont opposées au projet. On comprend que la volonté de la population était d’aller de l’avant avec ce projet-là. Si jamais on devait écouter Mme Lasalle, ça coûterait des millions et des millions $ en pénalités ».

Message

La principale intéressée n’a pas réagi à ce moment-là.

Par contre:

Mardi 6 avril 16h10, Nathalie Lasalle a laissé le message suivant sur la boîte vocale du Journal :

« Oui, bonjour M.Mychel Lapointe, Nathalie Lasalle, conseillère municipale. Je voudrais juste rectifier un fait dans votre article. Écoutez, vous dites, en rapport avec le centre sportif, (que) par exemple Mme Lasalle a demandé de faire une pause sur la construction du centre sportif. En séance du conseil, je n’ai jamais demandé cela. J’ai demandé de faire une pause sur l’écoquartier (et) de consulter les gens avant. C’est peut-être juste ce qui n’était pas dans les faits de ce que moi j’ai dit dans la séance du conseil. Je vous remercie beaucoup. Au revoir ».  

Bon.

Quand Mme Lasalle opine que « vous dites, en rapport avec le centre sportif (que) par exemple Mme Lasalle a demandé de faire une pause sur la construction du centre sportif »,  ce n’est pas l’auteur de ces lignes qui le dit, Mme Lasalle, il cite Benoit Beaulieu.

Un journaliste qui rapporte les propos d’un intervenant n’endosse pas pour autant la déclaration faite. Qui plus est, l’opinion d’un journaliste (s’il en a une), le lecteur n’en n’a que faire (nous ne parlons pas ici d’un éditorialiste, d’un chroniqueur ou d’un bloggeur qui, eux sont en droit de le faire. C’est, d’ailleurs, le principe même de leur fonction). Règle générale, il (le lecteur) est assez intelligent pour se faire sa propre opinion, à la lumière de ce que rapporte le journaliste. Et, considérons-nous, il vote en conséquences.

Bonne campagne

D’ailleurs, pas question de nous immiscer, de quelque façon que ce soit, d’ici le 7 novembre prochain, dans la campagne électorale qui est déjà commencée à Saint-Jérôme. C’est là une façon de faire que nous fuyons comme la peste (ou la COVID-19, c’est selon).

En fait, la politique est un sport extrême que nous préférons laisser à d’autres.

Bonne campagne électorale à tous.

Nous en serons le témoin, pour nos lecteurs.

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top