- PUBLICITÉ -

Des chaudes soirées d’été… à parler de vidange

MATHIEU LOCAS

 

Avez-vous lu la dernière édition du bulletin municipal La Cité, déposé dans votre boîte aux lettres? Saint-Jérôme se met à la page en matière d’environnement avec une refonte totale de la gestion des matières résiduelles. En plus de l’arrivée du bac brun de compostage, Saint-Jérôme demande à ses citoyens d’acheter une grosse poubelle verte à roulettes, tout en leur disant que cette grosse poubelle ne sera ramassée qu’aux deux semaines. Bye bye la poubelle à 10 $ de Canadian Tire, place à la grosse poubelle à 100 $. Comme dernière mesure, fini la période où les citoyens peuvent mettre n’importe quoi, n’importe quand sur le bord de la route. Il y aura des collectes d’encombrants une fois par mois. Instaurer quatre mesures simultanément, au lendemain des vacances estivales et à l’aube de la rentrée scolaire, voilà la recette parfaite pour un échec retentissant.

Si Stéphane Maher a trouvé l’hiver difficile, avec les critiques sur le déneigement et les nids-de-poule, il risque de trouver l’automne encore pire. Comprenez-moi bien, je ne suis pas contre ces nouvelles mesures. Je suis habitué à composter. J’ai mon bac brun à Gatineau et ma machine à compost à Saint-Jérôme depuis 2011. Par contre, on ne change pas les habitudes d’une population comme on allume une «switch».

Même si ça fait dix ans que le bac brun est implanté à Gatineau, j’ai encore des voisins qui le laissent moisir dans le fond de la cour à côté du cabanon. C’est pas tout le monde qui a le goût de trier ses poubelles et d’assister à la naissance du festival du ver blancen pleine période de canicule.

Mais à Saint-Jérôme, tenez-vous bien. On estime avoir trouvé LA solution pour que tout le monde comprenne vite la nouvelle façon de faire. On veut organiser des soirées d’information… DURANT L’ÉTÉ!!! Il y a, quelque part dans l’administration municipale, un émule de Ti-Mé Paré qui estime que des centaines de citoyens iront s’entasser dans une salle, en plein mois d’août, pour suivre des cours sur la façon de composter. Y’a une vingtaine de personnes aux séances régulières du conseil municipal, y’a 50 % des citoyens qui votent aux élections et y’a un Pôpa dans la boîte qui est convaincu que la nouvelle politique de la gestion des déchets passe par des soirées d’information en plein été.

Je reviens encore avec une référence sur Gatineau, mais elle démontre à quel point une approche mal ficelée, qui concerne les habitudes de vie des citoyens, peut tourner à la dérape. Au printemps 2018, une conseillère municipale, débordante de confiance en elle, mais carrément néophyte en politique, impose une nouvelle poubelle. Le nouveau contenant de 240 litres (2/3 du bac de recyclage) sera distribué gratuitement à chacune des portes. Que vous soyez un professionnel qui passe sa vie dans des 5 à 7 et que le condo ne sert qu’à dormir, ou que vous soyez une famille de 6 enfants, vous avez la même grosseur de poubelle. En quelques jours, Gatineau est devenue la risée du Québec. Après une période de rigidité, la Ville a finalement ajusté son tir qui s’est traduit par une période d’adaptation et de la souplesse pour certaines familles.

Aussi loin que je me souvienne, les poubelles sont ramassées toutes les semaines entre avril et novembre, à Saint-Jérôme, et aux deux semaines à l’hiver. On peut aussi mettre tout ce que l’on veut. Du jour au lendemain, sans période de clémence, on change tout ça. Le changement est tellement fort que si cette réforme avait été présentée à quelques mois de la prochaine élection municipale, elle aurait été suffisante pour causer une défaite électorale à Stéphane Maher et son équipe. Fonctionnaires et élus, vous doutez? Questionnez-vous sur votre pif politique!

Je demeure disponible à mathieu.locas@hotmail.com

 

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top