- PUBLICITÉ -

L'ex-maire Marc Gascon. Photo Facebook

Gascon-Geraghty-Fréchette

MATHIEU LOCAS

Des nouvelles de l’ancien maire de Saint-Jérôme, Marc Gascon. Il est maintenant un coach de vie. En fait, il est membre de la division Québec de la Fédération internationale des coachs. Selon le site Web [www.icfquebec.org], Marc Gascon est spécialisé dans le «coaching individuel, coaching personnel/de vie».Ses secteurs d’activité sont: «public/parapublic, santé, pharmaceutique, transport et services professionnels».

Comment fait-on pour devenir coach de vie? Toujours selon le site Web de la Fédération internationale des coachs, «les coachs qui possèdent une certification valide (ACC, PCC ou MCC) remplissent automatiquement les exigences d’éligibilité comme membre. […] les individus qui ne possèdent pas déjà une certification ICF (ACC, PCC, MCC) doivent avoir complété au moins 60 heures de formation spécifique en coaching pour devenir membre d’ICF mondial et d’ICF Québec, en plus d’avoir payé leur cotisation».

Sachez que dans le grand Montréal, territoire où Marc Gascon s’est identifié, on retrouve plus de 200 coachs. Dans les Laurentides, il y en a une douzaine. Avis aux intéressés, le congrès ICF Québec 2019 aura lieu les 13 et 14 novembre à Boucherville. Le prix d’entrée varie entre 275 $ et 725 $ selon si vous êtes étudiant en coaching, membre ou non-membre.

Geraghty et Fréchette

Au début du mois d’août, Infos Laurentides, via son site Web, vous apprenait en exclusivité que le chef du cabinet du maire de Saint-Jérôme, Simon Geraghty, tentait sa chance pour devenir candidat conservateur dans la circonscription Rivière-du-Nord. Contre toute attente, deux semaines plus tard, il se retirait de la course.

Depuis son retrait, j’ai fait de nombreux appels auprès de sympathisants conservateurs et de gens bien branchés à Saint-Jérôme pour tenter de comprendre. Aucun n’avait de réponses claires quant à son désistement.

Mais quand Radio-Canada a affirmé, dimanche de la semaine dernière, que Sylvie Fréchette serait candidate pour le Parti conservateur dans Rivière-du-Nord, c’était aussi clair que Claire s’appelle Claire.

C’est connu depuis longtemps, Simon Geraghty veut faire de la politique. Au printemps 2016, il se préparait à se diriger sur la ligne de départ pour le Parti québécois dans Saint-Jérôme lorsque Pierre Karl Péladeau a mis un terme à sa carrière politique. Seul problème, Marc Bourcier était déjà sur la ligne quand le coup de sifflet a été donné.

Par la suite, Simon Geraghty semble s’être éloigné du PQ, au profit du Parti conservateur du Canada. Il a d’ailleurs pris part à des événements partisans au cours de la dernière année. Quand est venu le temps d’y aller, il a reculé. Avec raison, pas question de provoquer une investiture contre Sylvie Fréchette.

Bon joueur, Simon Geraghty n’a pas fait de sortie médiatique comme plusieurs l’ont fait dans le passé. Il s’est contenté de dire qu’après mûre réflexion, il aimait mieux se consacrer à son poste d’adjoint du maire de Saint-Jérôme.

La politique est un bien petit monde. Un gouvernement minoritaire ou une démission et son nom peut rapidement revenir sur le tapis. En ne faisant pas de vague, il s’assure que son nom demeure intact pour un futur rapproché.

Pour ce qui est de Sylvie Fréchette, j’ai eu l’occasion de lui parler le lundi 26 août dernier vers le milieu d’après-midi. Elle avait déjà plusieurs entrevues derrière la cravate et elle se préparait pour quelques autres à venir.

Elle confirme que le processus pour devenir candidate s’est fait rapidement. En fait, environ deux semaines avant l’annonce, ce qui concorde avec le retrait de Simon Geraghty.

Concernant ce dernier, elle ne savait même pas qu’il avait un œil sur l’investiture dans Rivière-du-Nord. Militante depuis de nombreuses années pour la construction d’une piscine de 50 m à Saint-Jérôme, elle ne veut pas se mouillerpour une promesse électorale pour le moment.

Je demeure disponible à mathieu.locas@hotmail.com.

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top