- PUBLICITÉ -

C’était il y a quelques mois, on préparait l’intérieur de l’église Sainte-Paule à accueillir les premiers itinérants depuis la transformation de l’enceinte.

La concertation des partenaires produit de bons résultats: de meilleures conditions pour les itinérants

Il ne faut pas se leurrer, les températures clémentes des derniers jours ne doivent pas nous faire oublier que nous en sommes déjà à la mi-novembre et que le temps froid est

à nos portes.

De ce fait, certains multiplient les efforts actuellement dans le but d’accommoder les itinérants qui auront besoin d’un endroit chaud pour passer la nuit.

Davantage d’itinérants

D’ailleurs, on sait que les autorités de Saint-Jérôme et leurs partenaires ne lésinent pas pour supporter les gens dans le besoin. On connaît déjà les mesures mis en place depuis le printemps dernier (voir plus bas).

À cet égard, d’ailleurs, des informations nous sont parvenues à l’effet qu’on retrouverait actuellement à Saint-Jérôme, de façon notoire, plus d’itinérants qu’en temps normal, du fait que les accommodations qui y sont offertes (et on comprend les itinérants d’en profiter) incitent à une plus grande affluence.

N’empêche que les places sont tout de même

limitées.

Pas de campement

En outre à ce qu’on nous en dit, il faudrait probablement oublier d’emblée les campements de fortune comme ça se passe à Montréal.

«C’est une mauvaise idée, tant sur le plan de la sécurité que de la santé publique»nous dit une source proche du dossier.

Nouvelle ressource

Par ailleurs, on apprenait la semaine dernière qu’une nouvelle ressource vient s’ajouter à ce qui se fait déjà sur le plan de l’itinérance à Saint-Jérôme.

Là encore, c’est le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides qui est directement responsable de cet ajout.

«Entrée récemment en fonction, l’intervenante pour les services de proximité en itinérance assumera le mandat de rejoindre les personnes en situation d’itinérance et de développer des stratégies d’intervention adaptées dans le but d’établir des liens significatifs avec cette clientèle. Entre autres, elle sera chargée d’intervenir auprès des personnes en situation d’itinérance et de coordonner les services appropriés à leurs besoins. Le tout, dans une approche globale qui prend en compte la situation individuelle de chaque individu ainsi que les troubles concomitants dont ils peuvent être affectés»nous dit-on du côté du CISSS.

Concertation

Il faut bien dire que, depuis le printemps dernier, c’est sous le signe de la collaboration que sont menées les interventions auprès de cette clientèle.

On fait notamment allusion au centre d’hébergement temporaire qui a été mis sur pied au printemps dernier (en temps de COVID-19) dans l’ancien aréna Melançon et le centre d’hébergement qui a été créé, par la suite, dans l’église Sainte-Paule, après que la Ville de Saint-Jérôme en soit devenue propriétaire au cours de la saison estivale.

D’ailleurs, dans le dossier, outre le CISSS des Laurentides, la Ville de Saint-Jérôme travaille de concert avec les organismes communautaires, le député de Saint-Jérôme, Youri Chassin (qui, on le sait, a démarré il y plus d’un an un grand chantier sur la pauvreté)  ainsi que (bien entendu) le Service de police de Saint-Jérôme.

L’ajout d’une intervenante pour les services de proximité en itinérance, en complémentarité à l’offre de service actuelle, favorisera grandement, considère-t-on,  l’accès aux services de santé pour ces personnes.

C’est du moins ce qu’évalue Rosemonde Landry, présidente-directrice générale du CISSS des Laurentides.

« Depuis le début de la pandémie, les personnes qui n’ont aucun lieu d’habitation fixe sont particulièrement affectées par les mesures sanitaires en application. Bien que tous les secteurs de la région soient touchés par le phénomène de l’itinérance, l’augmentation importante du nombre de cas constatée dans le secteur de Saint-Jérôme préoccupe nos intervenants, ainsi que plusieurs de nos partenaires. Par l’ajout de cette nouvelle ressource, nous espérons donc soutenir encore mieux les personnes en situation d’itinérance».

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top