- PUBLICITÉ -

« Je suis déçue de la décision de Lion Électrique, mais je la respecte. Je suis par contre inquiète au sujet des emplois en sol jérômien » a dit la mairesse Janice Bélair-Rolland.

Les propos de Marc Bourcier : «C’est de la petite politique »  -Janice Bélair-Rolland

« Comment on peut se lancer dans un tel niveau de désinformation? Je trouve cela un peu pathétique. C’est de la petite politique. C’est une campagne de peur»lance, d’entrée de jeu, Janice Bélair-Rolland.

La mairesse de Saint-Jérôme n’a vraiment pas apprécié ce qu’elle a entendu la semaine dernière dans le balado (https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=Y_Gh4DScois…)

qu’a réalisé mon confrère Mathieu Locas avec le chef d’Avenir Saint-Jérôme et candidat à la mairie, Marc Bourcier, concernant le projet d’écoquartier. Et l’a exprimé jeudi dernier au cours d’une entrevue téléphonique, qu’elle avait sollicitée, avec le Journal Infos Laurentides.

Des lois

D’abord:

« Je trouve cela totalement irresponsable pour un candidat à la mairie de faire un tel niveau de mensonges. C’est OK de ne pas être en accord avec le projet, mais c’en est une autre de mentir aux citoyens. Monsieur Bourcier semble dire qu’il va s’asseoir là-dessus, que, pendant 100 ans, il n’y aura jamais de développement. C’est une grosse utopie. Je suis d’accord (avec Marc Bourcier) sur un point. Il dit que le conseil est souverain. Effectivement, il est souverain. Mais le conseil n’est pas au-dessus des lois. Si on choisit de ne jamais permettre au propriétaire d’exploiter ces terrains-là, comme il en a plein le droit, comme c’est inscrit au schéma d’aménagement, c’est soi de l’expropriation déguisée ou c’est un juge qui va nous obliger à racheter ou à émettre un permis. C’est clair. Il y a des lois qui nous encadrent. Quelques recherches suffiraient à M.Bourcier pour avoir de la jurisprudence là-dessus. Il semble super mal renseigné et mal entouré, surtout ».

Boulevard

Mme Bélair-Rolland en a également concernant les propos de M.Boucier relativement à l’implantation d’un nouveau boulevard dans le secteur visé.

« Le deuxième élément qui m’a scandalisée, c’est le boulevard de la Traversée. Il en a parlé beaucoup. Je me demande de quoi on parle ici. Il n’y a pas de décisions qui ont été prises au niveau du boulevard de la Traversée, mais, à quelque part, il est attendu par les citoyens du Quartier Montmartre et du Domaine Parent pour justement désengorger les rues résidentielles des citoyens de Sainte-Sophie qui se rendent à l’aréna régional (de la Rivière-du-Nord) ou ailleurs en ville (…) Il parle (d’un projet anticipé)d’ouvrir des rues(et) que ce serait aux grands frais des citoyens. Je veux juste rappeler à M.Bourcier qui était là en 2013, à M.Marion(André) et à M.Fauteux(Mario) qui ont été élus en 2013 (et) qui ont choisi de ne plus permettre cela. La Ville ne défraie plus pour les rues des promoteurs.Ça fait que : je ne sais pas s’il a commandé une étude par son parti, mais c’est une étude faite en l’air. Je ne sais pas où il prend ses chiffres».

Les égouts

Par ailleurs, Janice Bélair-Rolland dit s’interroger concernant les propos de Marc Bourcier relativement au fait qu’il « faudrait ouvrir les rues » du secteur Saint-Antoine pour y refaire la canalisation en séparant les égouts sanitaires des égouts pluviaux, de façon à répondre aux besoins générés en ce sens par l’écoquartier.

« C’est vrai qu’on serait fou(que) pour faire un projet qu’il faudrait éventrer(les rues) Saint-Antoine au complet. J’ai regardé le système d’égouts et il n’y a absolument rien à décroiser dans Saint-Antoine. On continue à vouloir faire peur. M.Bourcier donne l’exemple du centre-ville(des travaux ont été menés au cours des dernières années sur les rues Du Palais et De Martigny, notamment). Bien oui, les canalisations du centre-ville sont effectivement vieilles. Il y  avait des travaux à faire.(Dans) Saint-Antoine, elles (les canalisations) datent de 20 ans. Elles sont ‘top shape’, elles sont déjà décroisées. Je ne sais pas pourquoi, ici, on s’est transformé en techniciens. Moi, je ne suis pas une technicienne, j’ai dû aller m’informer pour m’assurer de cela, mais il n’a jamais été question de décroiser des égouts à Saint-Antoine ».

« Leur faire peur »

Se disant« horrifiée » du contenu du balado, Mme Bélair-Rollanddit s’interroger « comment M.Bourcier s’est levé un matin et qu’il a décidé d’inventer tout cela? Comment on peut dire un tel niveau de menteries et prétendre vouloir aller à la mairie? ‘Renouer la communication avec les citoyens’ ? (faisant référence à un engagement pris récemment par le chef d’Avenir Saint-Jérôme) quand la seule affaire qu’on est capable de faire, c’est de leur faire peur. On invente un paquet de menteries.(Parlant d’Avenir Saint-Jérôme) on est pour le développement dans Bellefeuille, mais pas dans le centre-ville de Saint-Jérôme.On est contre le développement des écoquartiers. Donc, on ne veut pas de quartier avec l’enfouissement des fils. On ne veut pas de quartier avec de l’auto-partage. On ne veut pas de quartier avec des jardins communautaires et des logements sociaux. Donc, on est contre le développement durable et pour des quartiers traditionnels ».

En outre : « c’est tellement décevant de la part d’un parti qui a trois candidats qui étaient conseillers municipaux, qui comprennent, semble-t-il, les processus municipaux (…) Demander un moratoire? S’ils comprenaient les processus municipaux, ils comprendraient qu’il y a eu un dépôt de projet, ensuite viendra un schéma, ensuite viendra la consultation des citoyens. Ce n’est pas de la sagesse de ma part de ne rien voter d’ici la fin de l’année (comme le dit M.Bourcier dans le balado), c’est le processus normal »note Mme Bélair-Rolland.

 

 

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top