- PUBLICITÉ -

Le premier ministre François Legault. Photo Michel Brodeur, archives

Liste d’épicerie pour François Legault

MATHIEU LOCAS

François Legault sera à Saint-Jérôme le mardi 7 juillet. Comme l’agenda du premier ministre peut changer à la dernière minute, rien n’a encore été annoncé.  Youri Chassin, celui que le PM a de nouveau laissé sur les lignes de côté pour un siège de ministre, sera aussi présent, tout comme le maire de Saint-Jérôme Stéphane Maher et le préfet de la MRC Bruno Laroche.

Avant cette rencontre, qui se tiendra au théâtre Gilles-Vigneault, François Legault s’arrêtera à Sainte-Thérèse rencontrer les hauts dirigeants de la santé des Laurentides.

Saint-Jérôme attend cette rencontre depuis longtemps. Avis aux attachés politiques du premier ministre, le Journal Infos Laurentidesvous présente la liste des sujets que la Ville souhaite aborder.

L’une des premières questions posées au premier ministre sera: pourquoi Saint-Jérôme n’a pas obtenu la subvention pour la future bibliothèque?

La Ville estimait avoir sauté à travers tous les cerceaux pour obtenir cette fameuse subvention. Personne à l’hôtel de ville ne comprend pourquoi Québec refuse de sortir son carnet de chèques. Et pourtant, les besoins sont là. L’ancien palais de justice, transformé en bibliothèque dans les années 80, était parfait pour l’époque. Avec une population qui a triplé et l’augmentation des besoins informatiques, ce local est passé date.

Autre sujet sur la liste, la gratuite du transport en commun. Même si nos autobus ne sont pas aussi pleins qu’à Montréal, il y a des coûts fixes à offrir du transport collectif. L’offrir gratuitement engendre des coûts supplémentaires. Québec a de l’argent pour les sociétés de transport des grandes villes, Saint-Jérôme souhaite avoir sa partie du gâteau.

Le troisième sujet sur la liste d’épicerie est la construction d’une piscine de dimension olympique de 50m. Malgré les rénovations, nos piscines intérieures ont du millage. Pour construire un nouveau centre aquatique, Saint-Jérôme a besoin d’une participation de Québec parce que la facture sera dans les huit chiffres.

Vous êtes rendus à la moitié de mon texte et vous vous dites :  comment se fait-il qu’il n’ait pas encore parlé de la police? Même si la taxe police a pris le bord en 2020, le dossier avec les villes de Granby et St-Jean-sur-Richelieu n’est pas réglé pour autant. Le sujet pourrait être discuté mais personne ne s’attend à un dénouement.

Le prochain sujet n’est pas très sexy pour le grand public, mais il l’est pour les politiciens de la région. Saint-Jérôme va suggérer à Québec qu’elle devienne une Municipalité régionale de comté.

Les MRC ont été créées à la fin des années des années 70. Sans définir leur rôle en long et en large, disons que l’essentiel de leur mission consiste à gérer le territoire.

En plus de Saint-Jérôme, la MRC de la Rivière-du-Nord est composée de Sainte-Sophie, Saint-Hippolyte, Prévost et Saint-Colomban. Pour demeurer poli et dans la rectitude politique, certaines sources estiment que Saint-Jérôme aurait davantage à y gagner en volant de ses propres ailes.

D’autres, moins portées sur la rectitude politique, estiment que Saint-Jérôme perd son temps à être minoritaire autour de cette table. Pendant des années Saint-Jérôme s’est fait faire la barbe par des villes comme Mirabel, Boisbriand, Terrebonne et d’autres pour attirer des entreprises. Un service d’urbanisme encrouté et une vision politique différentes n’ont pas aidé.

Aujourd’hui, l’administratif et le politique chantent la même chanson. C’est pourquoi ils vont demander à François Legault et aux hauts fonctionnaires du gouvernement du Québec que Saint-Jérôme devienne une MRC.

J’en parlais dans cette page y’a plusieurs semaines, la COVID pourrait coûter quelques millions à Saint-Jérôme. Faut dire que la Ville a été très généreuse depuis le début de la crise avec le report de deux coupons de taxes, la gratuité du transport, gratuité du stationnement au centre-ville ainsi que quelques mesures pour les commerçants dont l’accès gratuit à l’espace public pour les restaurateurs.

Malgré ce manque à gagner, la Ville s’enligne vers un surplus budgétaire pour l’année 2020. Le marché immobilier est tellement florissant que les prévisions pour les droits de mutation (taxe de Bienvenue) sont déjà dépassées. Et ces prévisions avaient été faites avant la crise.

Cette croissance économique sera-t-elle l’argument qu’il faut à Saint-Jérôme pour se délivrer de ce boulet? A suivre.

 

 

Je demeure disponible à mathieu.locas@hotmail.com.

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top