- PUBLICITÉ -

Marc Bourcier

Ma promesse électorale

MATHIEU LOCAS

Marc Bourcier officiellement sorti de l’antichambre; Sophie St-Gelais mairesse par intérim; Benoit Beaulieu hésite entre un retour à Vision St-Jérôme ou une course comme maire indépendant; Martin Pigeon est sur le téléphone, sans compter les candidats potentiels dans les quartiers. On peut dire que la campagne électorale a officiellement débuté à Saint-Jérôme. Permettez-moi d’être le premier parmi ces personnes à y aller d’une promesse électorale.

Je vous promets de la rigueur et des questions serrées face à tous les candidats. Je n’ai aucun avantage à ce qu’un candidat ou parti remporte la campagne. Mon seul objectif est que vous ayez le maximum d’information. Mes analyses seront basées sur mes observations et mes expériences des campagnes (municipales, provinciales et fédérales) antérieures.

Les phrases creuses, les candidats qui parlent des deux côtés de la bouche et la langue de bois me motivent à resserrer l’étau. Si, par hasard, vous avez de l’information à me donner, mon courriel est en bas. Confidentialité promise. Pour le reste, je vous souhaite une bonne campagne.

Ah oui! Dernière chose. Au lendemain de l’élection, pas besoin de m’écrire pour me dire c’est ma faute si vous, ou votre candidat préféré, a été battu. Je prends immédiatement le blâme pour toutes les défaites électorales.

Parlant de langue de bois, après Sophie St-Gelais, il faut maintenant ajouter Marc Bourcier dans cette catégorie. En point de presse, le 4 février dernier, à la question :

-Monsieur Bourcier, avant les fêtes Mario Fauteux a communiqué avec la présidente de la Chambre de commerce Sylvie Chartrand pour qu’elle devienne cheffe d’un parti politique et elle a refusé. Est-ce dire que Mario Fauteux met sur pied un autre parti politique que le vôtre ou que vous êtes là parce que d’autres candidats ont refusé?

En plus de contourner la question, il a refusé de parler de l’implication de Mario Fauteux alors que n’importe quel illettré politique à Saint-Jérôme sait que Fauteux est du groupe.

Il faut savoir que tous les membres connus dans cette organisation sont impliqués en politique municipale depuis une décennie. Ils ont tous travaillé de près ou de loin avec Vision St-Jérôme. Donc le mot renouveau devra être utilisé avec doigté.

J’ai toujours apprécié Marc Bourcier. Enseignant dans un quartier défavorisé pendant 30 ans, il a sans doute évité la prison à plusieurs de ses élèves en les remettant sur le droit chemin tôt dans leur vie. Mais la politique, c’est une autre game. Tu ne gères pas ça comme une classe. Contrairement à un groupe de 30 élèves, la pression vient de partout. On se doit d’être visionnaire, sans tomber dans la naïveté.

Appeler son parti Avenir Saint-Jérôme et affirmer vouloir faire un seul mandat à la mairie, ça ne marche pas.

Quand il a parlé de relève après son premier mandat, Marc Bourcier a rapidement identifié Marc-Olivier Neveu du parti Mouvement Jérômien. Les deux ont travaillé ensemble au Parti québécois, mais, aux dernières nouvelles, Marc-Olivier ne voulait pas travailler, au niveau municipal, avec Mario Fauteux et Nathalie Lasalle. Avez-vous déjà vu un chef de parti identifier le chef d’un autre parti comme un successeur potentiel?

Et sans rien enlever à Marc-Olivier, pour le moment, il n’a pas le parcours professionnel pour gérer une ville de cette taille. La bouchée serait trop grosse.

Autre idée utopique. Au lendemain de l’élection, on souhaite abolir la ligne de parti et permettre à ce que tout le monde vote selon ses convictions. Prenons un exemple où Avenir St-Jérôme se retrouve au pouvoir avec sept élus sur 13. Par conviction, un des élus du parti, vote contre une résolution déposée par le maire. Et ce même élu serait celui qui, par hasard, aurait amassé le moins d’argent pour la caisse électorale. Il aura donc profité de l’argent de ses collègues pour se faire élire.  Marc Bourcier est prêt à jurer qu’aucun membre ou organisateur du parti ne garochera des roches à ce conseiller.

En terminant, afin de bien représenter son nom de parti, Avenir Saint-Jérôme devra s’assurer recruter des jeunes parmi ses candidats. Les bottines doivent suivre les babines…

Je demeure disponible à mathieu.locas@hotmail.com.

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top