- PUBLICITÉ -

Macédoine post-électorale

MATHIEU LOCAS

Taux participation

Les prochaines élections auront lieu dans 47 mois. C’est assez pour que le gouvernement du Québec et les 25 ou 30 villes les plus populeuses se penchent sur le taux de participation anémique survenu dans les quatre coins de la province. À Saint-Jérôme, il a été de 29.5 %. Malgré sa majorité, seulement 13% des électeurs inscrits sur la liste électorale ont voté pour Marc Bourcier. En offrant seulement deux jours pour voter, la Ville ou la présidente d’élection n’ont pas aidé. Avoir eu trois ou quatre jours comme dans plusieurs autres villes, aurait-on grimpé à 60 %? Je ne crois pas mais le taux aurait eu une chance de se rapprocher des 40 %.

Au Québec, règle générale, les propriétaires votent davantage que les locataires. Une idée invoquée dans le passé avait été d’inscrire sur le bail le montant de taxes payées mensuellement par chaque locataire. Plusieurs locataires seraient sans doute surpris d’apprendre (ce qui pourrait les faire voter davantage) qu’il a peut-être un 100 $ ou 150 $ de leur loyer mensuel qui prend la direction de l’hôtel de ville.

De Sainte-Agathe

La situation de l’itinérance est hors contrôle. Le triangle Ville/organismes communautaires/santé publique est dû pour une brassée de lavage. Quand je parle de santé publique, je fais référence au CISSS des Laurentides. Ce n’est pas normal que des policiers de la Sûreté du Québec du poste de Sainte-Agathe débarquent un itinérant au centre-ville de Saint-Jérôme parce que les agents savaient qu’il y a des services ici. Comme ce n’est pas plus normal qu’un homme se déshabille flambant nu pour prendre un bain dans la fontaine du Vieux-Shack. Comme ce n’est pas normal qu’une personne se faufile dans le stationnement du complexe La Noblesse et que, dans ses temps libres, elle fouille dans les véhicules débarrés pour prendre des clés des résidents. Lors de son interception, cette personne avait plus d’une vingtaine de clés de logement en main.

Séance conseil

Le nouveau conseil municipal a tenu une séance le 17 novembre pour procéder à quelques nominations. Je me répète mais j’espère que les élus vont serrer la vis et limiter le temps à trois minutes pour les questions du public. Certains citoyens ont des requêtes importantes qui passent dans la mite pendant que d’autres prennent le micro pour s’écouter parler comme s’ils se trouvaient dans une soirée de karaoké.

Neige

Marc Bourcier m’en avait parlé en balado dans l’édition du 17 novembre dernier à l’effet qu’il voulait faire sortir les déneigeuses à 1cm de neige tombée plutôt qu’à 3cm. L’avenir le dira mais je crains que cette mesure cause davantage de soucis qu’auparavant. Les échecs liés au déneigement n’ont rien avoir avec les premiers centimètres tombés. C’est lorsque l’on franchit le cap des 15cm et plus, soit lorsque les équipements lourds doivent passer deux ou trois fois au même endroit, que les plaintes s’accumulent. L’autre problème est que les travailleurs prennent leur pause souvent en même temps, notamment pour des raisons de règlementation liée aux conducteurs de véhicules lourds. Disons qu’il neige 20 centimètres en 20 heures. Les conducteurs de charrues devront s’arrêter plus tôt qu’à l’habitude puisqu’ils auront débuté le déneigement à 1cm plutôt que 3cm. En situation de pénurie de main-d’œuvre, pas certains que ça se bouscule aux portes pour conduire des déneigeuses à temps partiel. Le problème du déneigement est davantage dans la coordination, surtout aux limites des secteurs des anciennes villes. La 36eest parfois mieux déneigée que Wilfrid malgré le fait que ce soit la même rue,  simplement parce que l’une se trouve à Saint-Antoine et l’autre à Saint-Jérôme.  On va laisser la chance aux coureurs mais j’espère que l’excuse facile de «c’est la faute à l’ancien gouvernement» (on nous la sort souvent aux fédéral et provincial) ne nous sera pas servie au municipal pour le déneigement.

Je demeure disponible à mathieu.locas@hotmail.com

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top