- PUBLICITÉ -

«Ce sont les citoyens qui portent le projet», fait remarquer Marguerite Blais. Photo Mychel Lapointe

Pour une école secondaire à Prévost: «Je pousse à chaque fois que je le peux…» -Marguerite Blais

«Le ministre [Jean-François Roberge, de l’Éducation] est sensibilisé au dossier et je viens de parler avec M. Joubert [Jean-Pierre, président de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord]. Je lui ai dit: “M. Joubert, je peux compter sur votre collaboration et il a dit oui”…», confiait, samedi matin dernier au cours d’une entrevue avec Infos Laurentides, la députée de Prévost et ministre des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

Étude de faisabilité

Mme Blais faisait cette déclaration alors que l’organisme Ensemble pour une école secondaire à Prévost tenait un séminaire sur l’éducation au Centre Roger-Cabana de Saint-Hippolyte. Séminaire qu’ils avaient placé sous la thématique Ensemble bâtissons notre école, un milieu de vie qui nous ressemble.

Invitée à prendre la parole en ouverture d’événement, Mme Blais avait souligné, à l’intention des dirigeants de la Commission scolaire qui se trouvaient sur place – le président Joubert et des commissaires – qu’il fallait préparer une demande pour le ministre Roberge.

Entre cinq et huit ans

Pour tout dire, la porte est déjà ouverte, mais il ne faut pas trop attendre.

Car, comme le fait remarquer Mme Blais, «le ministre est sensibilisé, et je pense que, maintenant, il va falloir sensibiliser les fonctionnaires… Avec la Commission scolaire, je viens de sentir une immense ouverture. Surtout que la construction d’une école, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Ça prend plusieurs années».

«Je sais que le ministre Roberge veut réduire le temps de construction des écoles, mais ça peut prendre entre cinq et huit ans. C’est très long. Pendant ce temps-là, les enfants ont le temps de grandir et d’aller dans une autre école secondaire.»

À cet égard, il faut rappeler qu’en juin dernier, la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord a recommandé une étude de faisabilité pour une école secondaire à Prévost. Les conclusions de l’étude doivent être déposées avant juin 2019.

Parties prenantes au dossier, les municipalités de Prévost et Saint-Hippolyte étaient représentées par leurs maires respectifs Paul Germain et Bruno Laroche.

Le maire de Prévost y était d’ailleurs allé en début de séminaire avec une présentation bien sentie pour que le projet se concrétise.

Ce que Mme Blais avait d’ailleurs remarqué.

«Aujourd’hui, ce que je viens de voir, c’est un maire très préoccupé par ses citoyens. C’est un bon communicateur, parce qu’il parle avec son cœur. Il parle avec des recherches. Il ne l’a pas fait tout seul. Il a bâti cela avec sa communauté et je trouve cela formidable. Je suis très sensible à cela. Je pousse [sur le projet] à chaque fois que je le peux», dit-elle.

Depuis 20 ans

Il faut dire que ça fait des années qu’on parle de l’établissement d’une école secondaire à Prévost.

«C’est un projet qui date depuis 20 ans,de souligner Marguerite Blais. Mais, là, ce sont les citoyens qui portent le projet. Quand tu es rendu à plus de 6 000 signatures [une pétition a cours depuis quelques mois] d’une population comme Prévost qui compte 13 000 personnes, c’est beaucoup. C’est très significatif.»

«Moi, je le comprends, si tu as cinq écoles primaires; au niveau de la perception, je ne vois pas pourquoi il n’y aurait pas une école secondaire», ajoute-t-elle.

 

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top