- PUBLICITÉ -

Le maire Stéphane Maher. Photo Claude Cormier archives

Projet de loi 61: «Le parlement a manqué une belle occasion» -Stéphane Maher

«Je trouve vraiment dommage que les enjeux politiques des libéraux notamment aient pris plus d’importance que l’enjeu de relance économique de notre société. Je pense sincèrement que le parlement a manqué une belle occasion de nous démontrer un leadership attendu de toute la communauté» opine Stéphane Maher.

À l’instar de plusieurs collègues maires et des associations municipales (Union des municipalités du Québec et Fédération québécois des municipalités), le maire de Saint-Jérôme n’apprécie pas que la session à l’Assemblée nationale se termine vendredi dernier sans que le Projet de loi 61 soit adopté.

Levier financier efficace

Aux yeux du premier magistrat jérômien, l’adoption du projet de loi, en période de crise de la COVID-19, était important dans le contexte.

«L’enjeu de la relance économique est présentement fondamental pour le Québec, le Canada et l’Amérique du Nord en général.

Peu importe les intervenants, il est connu de tous qu’en période de récession structurelle comme nous le vivons présentement l’investissement massif dans les infrastructures représente toujours un levier financier efficace» note M.Maher, dans un échange de textos avec leJournal Infos Laurentides.

À plus forte raison que, selon lui, «les indices sont pourtant tous aux rendez-vous.  Baisse importante du PIB.  Taux de chômage de 14% qui va exploser à la fin du programme de prestations d’urgence de quatre mois.  L’actuelle croissance de la bourse qui avait déjà anticipé cette relance et repris toutes ces pertes».

Une résolution

De son propre aveu, Stéphane Maher dit étudier également la possibilité que les élus jérômiens prennent position dans le dossier.

«Je vais vérifier avec mon équipe si nous décidons ou non de passer une résolution en juillet afin de dénoncer la situation car nous voulions profiter de L61 pour demander officiellement une maison des aînés (Prévost, Mirabel et Blainville). Rien pour Saint-Jérôme? Plus une refonte du programme TECQ (Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec) qui est très désavantageux pour Saint-Jérôme. Seulement 28$ par année par nombre de citoyens pour le calcul de la subvention, alors que plus de 150 000 personnes parcourent la ville chaque semaine et utilisent nos infrastructures».

Trois projets

D’un autre côté, le maire voit un aspect positif à la situation: «Heureusement pour Saint- Jérôme, le seul projet qui était au programme va quand même se réaliser car le projet d’école secondaire avec les trois plateaux sportifs ira de l’avant quand même» note-t-il.

Qui plus est, «la ville de Saint- Jérôme va cependant, et malgré le report de la loi 61, présenter trois projets. Le premier étant évidemment la construction de la grande bibliothèque, le deuxième, le centre aquatique et le troisième étant la construction d’un nouveau terrain de baseball. Ce dernier pourrait d’ailleurs être un des premiers projet à aller de l’avant. Nous avons de plus déjà un projet en chantier pour le lien Est-Ouest».

Mirabel

Plus au Sud, à Mirabel, on aurait aussi souhaité que le Projet de loi 61 soit adopté.

L’enjeu étant, notamment, la construction d’une maison des aînés et une nouvelle école secondaire.

«Ces projets sont d’une importance capitale pour la population grandissante de Mirabel. Nous nous réjouissons qu’ils aient été retenus pour être réalisés dans les meilleurs délais et nous souhaitons que les partis impliqués s’entendent pour que ce projet de loi, qui vise une relance économique, puisse être adopté» soulignait, vendredi matin dans un communiqué de presse avant que ne se termine la session, Patrick Charbonneau, maire suppléant,

En outre, M.Charbonneau disait miser beaucoup sur l’aménagement d’une voie réservée pour le transport collectif sur l’autoroute 15, entre les autoroutes 640 et 50, qui se trouvait également parmi les 202 projets inclus dans le Projet de loi 61.

«Nous saluons la volonté du gouvernement Legault d’accélérer tout projet lié à la mobilité dans les Basses-Laurentides, considérant les impacts connus de la congestion sur la qualité de vie des citoyens et sur l’économie. Ces problèmes perdurent depuis trop longtemps et nous ne pouvons que souhaiter que des actions soient posées rapidement pour améliorer la situation» précise-t-il.

Laroche

Nous avons également tenté, vendredi, d’obtenir le point de vue (sur la question) de Bruno Laroche (maire de Saint-Hippolyte, préfet de la MRC de la Rivière-du-Nord et président de la Table des préfets des Laurentides).

La chose n’a pas été possible avant d’aller sous presse.

 

 

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top