- PUBLICITÉ -

Saint-Jérôme veut négocier, avec ses consoeurs de la MRC, une nouvelle entente pour le train. Photo Mychel Lapointe

Train de banlieue:Saint-Jérôme veut négocier une nouvelle entente

Les autorités de Saint-Jérôme souhaitent négocier avec les quatre autres municipalités de la MRC de la Rivière-du-Nord une nouvelle entente pour la facture du train de banlieue.

Le dossier est, on le sait, au cœur d’un litige entre Saint-Jérôme et ses quatre partenaires qui ont conjointement mandaté il y a quelques semaines la firme d’avocats Cain Lamarrepour les représenter.

Impacts importants

«La création de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) et sa nouvelle politique de financement ont eu des impacts importants sur les calculs des contributions relatives au transport collectif métropolitain. Bien que la Ville ait partagé les coûts du train de banlieue conformément à l’entente en vigueur, elle souhaiterait négocier une nouvelle entente avec les municipalités de la MRC»souligne-t-on du côté de Saint-Jérôme.

«Conflit comptable»

À cet égard, on a donné le mandat (par résolution mardi soir dernier, en assemblée publique) à la direction générale de la Ville de Saint-Jérôme pour entreprendre des pourparlers afin d’actualiser l’entente de 2002 et «ainsi conclure une nouvelle entente avec les autres municipalités dûment mandatées par leur conseil respectif et cela dans un délai raisonnable».

 «Nous sommes d’avis que ce conflit n’est pas politique, mais bel et bien comptable. Ainsi, nous avons fait nos devoirs en mandatant la firme Raymond Chabot Grant Thornton pour faire une analyse de la contribution au financement du train de banlieue dans le cadre de l’entente de partage de coûts avec la MRC. Sur la base de cette analyse, nous concluons qu’il est très ardu d’obtenir une interprétation unanime sur l’application des clauses. Nous aimerions donc nous asseoir avec les dirigeants des villes de la MRC pour en discuter et ultimement, parvenir à signer une nouvelle entente qui tiendrait compte des nouveaux paramètres de calcul de l’ARTM »note la mairesse de Saint-Jérôme, Sophie St-Gelais.

Juste part

Qui plus est, ajoute Mme St-Gelais «en somme, nous sommes ouverts à négocier une nouvelle entente qui tiendrait compte des nouveaux paramètres de calcul de l’ARTM. Nous souhaitons toutefois que toutes les villes assument leur juste part du coût de l’infrastructure régionale que constitue le train de banlieue. Cela dit, advenant une impasse dans les pourparlers, le conseil a statué d’entreprendre toute procédure visant à soumettre le différend à l’instance appropriée».

 

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top