- PUBLICITÉ -

Une chambre de la maison des aînés, tel que planifié par le gouvernement.

Un établissement de 48 chambres: Prévost aura sa maison des aînés

La Ville de Prévost aura sa maison des aînés

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants et députée de Prévost, Marguerite Blais, ainsi que la ministre responsable des Affaires autochtones et ministre responsable de la région des Laurentides, Sylvie D’Amours, en ont fait l’annonce mercredi dernier.

Cette maison des aînés, qui mettra 48 places à la disposition des aînés de la région, sera située sur un terrain du prolongement de la rue Chopin, derrière l’École des Falaises, et donné par la ville de Prévost.

«Le site permettra d’offrir aux résidents un milieu de vie à dimension humaine, constitué de quatre unités climatisées de 12 places chacune, et comportant des chambres individuelles avec toilette et douche adaptée pour chaque résident» explique-t-on.

Améliorer le quotidien

«Notre gouvernement accélère la transformation des milieux d’hébergement pour les aînés et les personnes ayant des besoins spécifiques. Je suis fière qu’une maison des aînés voie le jour, ici dans ma circonscription, et que les aînés de Prévost puissent avoir accès à ce nouveau type d’hébergement. Ceci améliorera le quotidien des résidents, des proches ainsi que du personnel» a commenté Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants et députée de Prévost.

Transformation bénéfique

On devinera que le moment de l’annonce de la construction de cette maison des aînés coïncide avec la crise de la COVID-19, particulièrement virulente dans les établissements d’aînés.

Ce qui se traduit dans le communiqué de presse émis mercredi dernier par le gouvernement.

« Ce nouveau type d’hébergement rappellera davantage un domicile et favorisera les contacts humains ainsi qu’un mode de vie plus actif, entre autres grâce à un accès à des espaces extérieurs aménagés et à des installations intérieures mieux adaptées aux besoins des résidents et de leurs proches» note-t-on, avant de renchérir que «l’environnement des maisons des aînés facilitera l’application des mesures de prévention et de contrôle des infections en cas d’éclosion. Cette transformation sera aussi bénéfique pour le personnel qui travaille dans ces milieux, et contribuera d’ailleurs à l’attractivité et à la rétention de cette main-d’œuvre».

Mettre fin à l’exode

Pour sa part, le maire de Prévost, Paul Germain, on s’en doute bien, accueille avec joie la venue prochaine de cette infrastructure.

«Avoir une maison des aînés était une des facettes du plan d’action de notre conseil municipal et nous sommes très heureux de réussir à cocher cette case dans notre mandat. Il est temps que l’on mette fin à l’exode de nos aînés résidant à Prévost et qu’ils aient la place qu’ils méritent dans notre société. C’est un pas de plus dans le désir de créer une communauté durable et de prendre soin des nôtres» note M.Germain.

Aucun échéancier pour la concrétisation du projet n’a été avancé par les autorités gouvernementales.

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top