- PUBLICITÉ -

La ministre Marguerite Blais a participé à l'événement. Photo Mychel Lapointe

Ils étaient quelque 300 à marcher, samedi matin, pour réclamer une école secondaire à Prévost. Photo Mychel Lapointe

Une école secondaire à Prévost: «C’est une promesse du premier ministre…»-Marguerite Blais

Quelque 300 personnes ont participé samedi matin dernier à une marche populaire pour l’obtention d’une école secondaire à Prévost.

«Vont-ils l’avoir leur école secondaire?», a demandé Infos Laurentidesà la députée de Prévost et ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, présente sur le site de la gare de Prévost où se terminait la marche amorcée à l’école Val-des-Monts.

«C’est une promesse du premier ministre…», lance-t-elle d’emblée. «On travaille énormément là-dessus. J’ai rencontré la directrice générale de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord, avec le président. On fait avancer le dossier. J’ai plus que l’impression que le dossier chemine.»

D’ailleurs, aux yeux de la ministre, ça va au-delà d’une institution scolaire.

«Les gens ne veulent plus envoyer leur enfant à Saint-Jérôme (notamment pour leur éviter de longues minutes en transport scolaire à tous les jours)… C’est plus qu’une école. C’est un milieu de vie. On veut créer le cœur de Prévost. On veut un endroit où on va pouvoir se partager un gymnase, une bibliothèque.»

Cela étant dit, la ministre Blais attend que les gens de la Commission scolaire fassent leurs devoirs (!) pour aller cogner à la porte de son collègue Jean-François Roberge (ministre de l’Éducation)

«Mon job, c’est de dire à la Commission scolaire: allez-y, déposez le projet…», de dire Mme Blais.

«Entre leurs mains»

Du côté de l’organisme Ensemble pour une école secondaire à Prévost, on considère que le dossier avance bien, comme l’a exprimé à Infos LaurentidesHélène Durocher, porte-parole de l’organisme.

«Nous avons eu une rencontre très positive (avec les gens de la Commission scolaire). Ils sont ouverts à déposer le projet en juin. C’est entre leurs mains», souligne Mme Durocher qui dit avoir pleinement confiance en Michaël Charrette [qui pilote le dossier des nouvelles écoles à la direction générale de la CSRDN].

«Qu’il livre…»

Par ailleurs, on n’a pas trop à insister sur la motivation du maire de Prévost, Paul Germain, quant à l’obtention d’une école secondaire à Prévost. À plus forte raison qu’un projet de bibliothèque, une salle polyvalente (entre autres pour des spectacles) et un gymnase sont rattachés au projet qui servirait autant à la clientèle scolaire qu’à la communauté prévostoise.

À cet égard, le maire se veut on ne peut plus clair: «J’ai des messages pour le premier ministre François Legault et le ministre Jean-François Roberge», disait-il, samedi matin, au représentant d’Infos Laurentides. «Premièrement, le premier ministre l’a promis. Il faut qu’il livre… Quant au ministre Roberge, j’ai lu son livre(Et si on réinventait l’école?),notamment quand il parle du sentiment d’appartenance. On ne peut pas avoir un meilleur exemple de sentiment d’appartenance que le projet d’une école secondaire à Prévost. M. Roberge prône cette vertu, il faut maintenant que les bottines suivent les babines…»

Sondage

Soulignons que les citoyens ont l’occasion de s’exprimer sur l’implantation d’une école secondaire à Prévost via un sondage mis de l’avant par les autorités.

Il est possible d’y participer sur Internet ([prevost.consultvox.com], [ville.prevost.qc.ca] et sur la page Facebook de la Ville) ou en personne à l’hôtel de ville (2870, boulevard Curé-Labelle), au Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire ou à la bibliothèque Jean-Charles-Des Roches (2945, boulevard Curé-Labelle).

La date limite pour répondre au sondage a été fixée au 31 mai prochain.

 

Array

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top