- PUBLICITÉ -

L'intérieur fictif d'un Espace bleu.

Une magnifique vitrine sur l’histoire régionale : Saint-Jérôme veut un Espace bleu

La Ville de Saint-Jérôme entend soumettre un dossier en vue d’accueillir un Espace bleu dans (probablement) un des bâtiments patrimoniaux de son territoire.

Selon ce qu’a appris leJournal Infos Laurentides, les autorités jérômiennes travailleront de concert avec les dirigeants d’Histoire et Archives Laurentides (ancienne appellation de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord) dont l’expertise dans le domaine n’est plus à prouver. Pour tout dire, ce sont les gens de HAL qui monteront le dossier.

Espace bleu

De façon concrète,le gouvernement du Québec a annoncé, il y a quelques mois, la création des Espaces bleus, « un réseau de lieux culturels et patrimoniaux visant la promotion et la transmission de notre héritage culturel ».

« Bénéficiant d’un financement de 259 M$, ce projet d’une ampleur inédite aura pour vocation de valoriser notre histoire, nos héroïnes et nos héros, de tous les horizons et de toutes les époques. Constitué de bâtiments patrimoniaux requalifiés et de quelques nouveaux bâtiments, le réseau permettra de préserver notre patrimoine culturel tout en contribuant à la vitalité économique, culturelle et touristique du Québec ».

« Le berceau des Laurentides »

Étant donné que sera octroyé un seul Espace bleu par région, la Ville de Saint-Jérôme, croit être en droit de devenir le lieu choisi par le gouvernement.

« Saint-Jérôme dépose sa candidature, parce nous sommes d’avis qu’on représente le berceau des Laurentides. C’est une très grande partie de l’histoire qui est à Saint-Jérôme, la capitale des Laurentides. On est tout à fait légitimé de déposer un beau dossier. Ça permettrait aux citoyens d’avoir un espace muséal pour eux et pour l’enseignement des jeunes, par exemple. On pourrait (par la même occasion)protéger un bâtiment patrimonial » avance la mairesse.

Expérience immersive

Selon la volonté des autorités gouvernementales, les Espaces bleus proposeront aux visiteurs une expérience immersive sur l’identité et la culture québécoises.

« En racontant l’histoire de nos héros et héroïnes, ils feront le lien entre le Québec d’hier et celui d’aujourd’hui, et seront une source d’inspiration pour les générations futures ».

Chacun des Espaces bleus comportera :

  • une exposition permanente sur la région, ses personnalités inspirantes, ses événements marquants et ses accents caractéristiques qui la rendent unique;
  • une des expositions temporaires présentées en alternance à travers le réseau;
  • une salle multifonctionnelle consacrée à la diffusion culturelle et artistique;
  • une aire de restauration pour y découvrir et savourer les produits locaux.

La grande fierté

Par le réseau des Espaces bleus, le gouvernement souhaite « embellir les milieux de vie, catalyser la grande fierté qui émerge des régions du Québec et mettre en valeur leur caractère et leurs attraits distinctifs ».

En amorçant cette opération de requalification patrimoniale, le gouvernement veut ainsi « offrir un legs culturel, touristique et social qui profitera à l’ensemble des citoyennes et des citoyens ainsi qu’aux générations futures. Dans cet objectif, des sites et des immeubles à caractère patrimonial situés à la grandeur du Québec seront acquis, aménagés, restaurés et requalifiés ».

On aura compris que le financement du projet est assumé par le gouvernement du Québec.

Quand elle songe aux bâtiments jérômiens susceptibles d’accueillir l’Espace bleu des Laurentides, la mairesse Bélair-Rolland fait allusion, entre autres, au Vieux-Palais (Maison de la culture Claude-Henri-Grignon), le vieil Hôtel de ville de la rue Labelle et la vieille gare.

Le projet est réalisé par le gouvernement du Québec, sous la responsabilité du ministère de la Culture et des Communications et en étroite collaboration avec le Musée de la civilisation.

 

 

 

 

 

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top