- PUBLICITÉ -

"Si j’avais été un acteur important de l’époque de Marc Gascon et que je n’avais pas encore été rencontré par l’UPAC, je commencerais à être nerveux" note Andrew Hattem.

Une rencontre de plusieurs heures: «L’UPAC m’a posé des questions sur trois sujets » -Andrew Hattem, ancien chef de Vision Saint-Jérôme

Par Mathieu Locas

L’ancien chef de Vision Saint-Jérôme, Andrew Hattem, est sorti de l’ombre la semaine dernière. Commentant un texte d’Infos Laurentides sur Facebook, il a avoué avoir été rencontré par des enquêteurs de l’Unité permanente anticorruption au cours des dernières semaines concernant des dossiers qu’il avait travaillés au moment où il était à la tête du parti.

«La rencontre a duré plusieurs heures,avoue d’entrée de jeu Andrew Hattem. Quand nous étions dans l’opposition, j’avais communiqué avec l’UPAC pour lui remettre des dossiers travaillés par notre équipe. Ces dossiers étaient la rénovation de la maison du maire de l’époque, Marc Gascon, la vente d’un terrain au fils de l’ancien conseiller municipal Guy Lalande et le projet de l’aréna avec le groupe L’Archevêque & Rivest. Dans mon cas, les enquêteurs se sont concentrés sur ces trois sujets. Les enquêteurs étaient bien préparés pour la rencontre. Ils avaient des questions très précises.»

Quatre équipes

Andrew Hattem demeure convaincu que l’UPAC va frapper sous peu. «Quatre groupes de deux enquêteurs travaillent à temps plein sur Saint-Jérôme. Ils ont rencontré des dizaines de personnes. Dans le cas de Vision Saint-Jérôme, nous n’avons fait que notre travail de parti d’opposition à l’époque, c’est pourquoi nous n’avons rien à nous reprocher. Si j’avais été un acteur important de l’époque de Marc Gascon et que je n’avais pas encore été rencontré par l’UPAC, je commencerais à être nerveux», conclut-il.

 

 

 

 

 

 

 

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top